Des enfants bâillonnés et enfermés dans des armoires en « punition »

Les faits se sont produits dans un service résidentiel général de Montigny-le-Tilleul.

JVK

Le ministère public a requis lundi en fin d’après-midi des peines allant de 8 mois à 2 ans de prison, sans s’opposer à un sursis, et à une suspension du prononcé contre six prévenus poursuivis pour des coups et blessures et des traitements dégradants sur plusieurs mineurs placés dans un service résidentiel général (SRG). La peine la plus haute a été requise contre C.M., coordinatrice au sein du service d’accueil pour des enfants dont une décision d’éloignement familial a été actée.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.