Cédric Herrou à Jemeppe: "La preuve que les gens ne pensent pas qu'à leur gueule"

Cédric Herrou, agriculteur français connu pour son militantisme en faveur des migrants, a rendu visite au collectif S13 à Spy. Et découvert ce qui était mis en place pour les « invités ».

Jérôme Noël
 Le Français Cédric Herrou, ici au milieu, a rendu visite aux «invités» du S13, à Spy.
Le Français Cédric Herrou, ici au milieu, a rendu visite aux «invités» du S13, à Spy. ©ÉdA – Florent Marot 

"On pourrait le croire mais je ne suis pas humaniste , sourit le Français Cédric Herrou, après avoir visité la salle Émile Fraipont, qui permet d’héberger les transmigrants de Spy. Mais ça me réconcilie un peu avec l’humanité de voir qu’il y a des gens qui ne pensent pas qu’à leur propre gueule mais à celle des autres (sic)." La problématique de la migration, il la connaît mieux que quiconque. Agriculteur dans la vallée de la Roya, à la frontière entre les Alpes-Maritimes et l’Italie, Cédric Herrou s’était fait arrêter par la police pour avoir aidé des transmigrants en 2016. Il a même été condamné à 4 mois de prison avec sursis pour "délit de solidarité". Il s’est battu devant la justice et a finalement été blanchi.

Sur le même sujet