«Un CPAS sous-dimensionné, un commissariat surdimensionné»

Dans notre édition du 8 avril, le président du CPAS indiquait que le projet n’était subsidié qu’à hauteur de 60 000 € sur les 2,5 millions budgétés. Philippe Carlier, conseiller CPAS, tient à apporter une précision : il aurait été possible de prétendre à davantage grâce à un appel à projets « UREBA exceptionnel » de la Région pour la rénovation énergétique des bâtiments administratifs. « De nombreux CPAS ont saisi l’opportunité et reçu des subsides entre 50 et 80 % du projet. J’ai donc demandé pourquoi, à Jemeppe, nous avions négligé cet appel pour le CPAS, au contraire du futur commissariat de Moustier. Il m’a été répondu : “On n’était pas au courant…”.

J.No.
«Un CPAS sous-dimensionné, un commissariat surdimensionné»

On parle aujourd’hui de synergie entre la Commune et la CPAS. Mais avant ça, il faudrait qu’il y ait de la communication entre les différents services." Pour Philippe Carlier, c’est évidemment étonnant que la Commune ait répondu à l’appel pour le commissariat et pas pour le futur bâtiment du CPAS. "Et en plus, ça n’a fait tilt à personne, même pas au collège qui a dû se prononcer sur le projet." Le conseiller Peps ne vise pas le directeur général et l’ancienne présidente du CPAS. "Ils sont dévoués à la cause. En revanche, le groupe Peps critique les préférences de la majorité actuelle qui, aujourd’hui, a fait le choix d’un bâtiment du CPAS sous-dimensionné et d’un commissariat de police surdimensionné."