Jacques de Vitry a écrit l’histoire

Jacques de Vitry n’est pas seulement important localement parce qu’il a contribué au trésor l’Oignies: c’est un acteur notoire de l’histoire du XIIIe siècle, rappelle Dominique Allard, directeur à la Fondation Roi Baudouin.

B.W.

«Il est à la manœuvre et écrit l’histoire.»

Né vers 1165 en Champagne, Jacques de Vitry est un clerc formé à Paris. Le mysticisme de Marie frappe les chrétiens d’Europe occidentale, ce qui incite Jacques de Vitry à se rendre à Oignies. Il y rencontre l’évêque de Toulouse, chassé par les Cathares, qui le convainc d’écrire la vie de Marie et de prêcher la croisade contre les Albigeois. Il le fait remarquablement en s’appuyant sur la vie de Marie, idéal de vie chrétienne, dont il sera aussi le confesseur.

Ses qualités d’orateur et de prédicateur en font l’évêque de Saint-Jean-d’Acre, en Terre sainte, où il accueille les soldats de la cinquième croisade. Aumônier général, Jacques de Vitry accompagne les croisés, mais ceux-ci échoueront au siège du Caire. De Terre sainte, il emmènera les richesses et les reliques censées accorder la protection au prieuré d’Oignies.

Membre de la curie romaine, il revient à Oignies et suscite la création de l’atelier d’orfèvrerie d’Hugo d’Oignies qui se servira des richesses pour réaliser son œuvre. À son décès à Rome, en 1240, il confie ses richesses et sa dépouille au prieuré. En 1241, il est inhumé à Oignies, aux côtés de Marie.