Un trafic de stupéfiants, d’armes et de fausse monnaie démantelé

Une enquête initiée au cours du mois de novembre 2020 par les services de la Police judiciaire fédérale de Mons-Tournai a permis de mettre à jour les activités d’un groupe d’auteurs d’origines multiples, belge, albanaise, italienne, turque, actif dans les trafics d’armes de stupéfiants et de fausse monnaie sur différentes provinces du pays, notamment le Hainaut et Bruxelles.

La Rédaction de L'Avenir
 L’opération a notamment permis la saisie de 19.000 euros, de nombreuses armes et munitions, de quelque 15 kilos de cannabis, de diverses plantations de stupéfiants.
L’opération a notamment permis la saisie de 19.000 euros, de nombreuses armes et munitions, de quelque 15 kilos de cannabis, de diverses plantations de stupéfiants. ©AFP (Illustration)

La PJF Mons-Tournai, avec l’appui des PJF du Brabant wallon, de Charleroi, de Bruxelles, de Hal-Vilvorde, des zones de police Boraine, Houille-Semois, AMOW, de Mons-Quévy, de Bernissart-Peruwelz, des Hauts-Pays, de La Louvière, du Tournaisis, de maîtres-chiens ainsi qu’avec l’appui de l’Office Central de Répression contre la Fausse Monnaie, l’Office des Etrangers et les Unités spéciales, a mené, les 22 et 23 mars, 47 perquisitions sur 3 arrondissements judiciaires, le Hainaut, Bruxelles et la Flandre orientale. Plus de 130 policiers ont été engagés.

Au total, 38 personnes ont été interpellées, dont 3 ont été privées de liberté et 5 se trouvaient en séjour illégal. Neuf mandats d’arrêt ont été délivrés, 11 suspects ont fait l’objet de mesures alternatives à la détention préventive.

L’opération a permis la saisie de 19.000 euros, de nombreuses armes et munitions, de quelque 15 kilos de cannabis, de diverses plantations de stupéfiants, de matériel destiné au trafic de stupéfiants, de faux billets et faux documents d’identité, de plusieurs véhicules dont certains de haut de gamme ainsi que de nombreux produits de luxe de grandes marques.

Le parquet de Mons a souligné que l’enquête se poursuit sous l’autorité du juge d’instruction Ribant.