Lab Box, filiale "nouvelle mobilité" de D’Ieteren, s’offre les Taxis Verts

Lab Box, la filiale de D’Ieteren spécialisée dans les nouvelles solutions de mobilité, reprend l’entreprise de taxis bruxelloise Taxis Verts.

Lab Box, filiale "nouvelle mobilité" de D’Ieteren, s’offre les Taxis Verts

Lab Box, la filiale de D’Ieteren spécialisée dans les nouvelles solutions de mobilité, reprend l’entreprise de taxis bruxelloise Taxis Verts, annonce vendredi l’importateur des marques du groupe Volkswagen en Belgique. Lab Box et D’Ieteren entendent, par cette acquisition, "prendre l’initiative de numériser le secteur et le rendre plus durable".

D’ieteren souhaite poursuivre la croissance des Taxis Verts à l’échelle nationale et incitera les chauffeurs à opter pour des véhicules électriques pour effectuer leurs courses. La direction actuelle de l’entreprise de taxis reste à bord, ajoute D’ieteren.

Taxis Verts est une centrale de taxis établie à Forest et employant une quarantaine de personnes. Elle travaille avec des chauffeurs indépendants au nombre d’un millier environ dans la capitale. Un des objectifs de la transaction officialisée vendredi consistera donc à opérer avec des chauffeurs indépendants supplémentaires mais qui seraient basés dans d’autres grandes villes du pays. Des démarches devront pour ce faire être menées avec les différentes Régions puisque ce sont elles qui établissent le cadre régulatoire et qui approuvent les autorisations d’exploitation, explique Jean-Michel Courtoy, directeur général des Taxis Verts.

Quant à l’électrification de la flotte, il reste du chemin à parcourir puisqu’actuellement seule une quarantaine de véhicules sur mille dispose d’une motorisation électrique. "C’est une équation économique très compliquée", commente Courtoy. Il faut parvenir à créer un modèle économique qui réponde aux exigences du monde des taxis, à savoir une disponibilité quasi permanente du véhicule, ajoute-t-il.

Un taxi qui ne roule pas constitue en effet un manque à gagner. L’infrastructure de recharge étant encore assez lacunaire en Belgique, il faut déjà compter le temps pour un taxi de se rendre jusqu’à une borne et le temps de chargement en tant que tel.

Le responsable est cependant convaincu que "D’ieteren dispose de toutes les pièces du puzzle" pour le passage à l’électrique.

Concernant la numérisation de la commande des courses, les chiffres sont déjà encourageants, mais les Taxis Verts veulent faire mieux. Vingt pour cent des réservations sont effectuées aujourd’hui via une application sur téléphone. Augmenter ce pourcentage permettrait d’aller chercher une clientèle supplémentaire, selon Jean-Michel Courtoy.

La filiale Lab Box doit permettre à D’ieteren d’investir d’autres domaines de la mobilité que son secteur automobile historique. Elle a ainsi supervisé le développement du service de covoiturage Poppy, de la plate-forme de leasing de voitures d’occasion Lizy et de Skipr, une app’qui regroupe différents modes de transport, des transports publics aux trottinettes partagées.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.