Drame au carnaval de Strépy-Bracquegnies: "Il y a beaucoup de colère, une volonté de représailles, l’émotion est à son comble" (vidéo)

Le bourgmestre a témoigné du traumatisme présent dans la population à la suite du drame qui a touché Strépy-Braquegnies hier, mais aussi du fort élan de sympathie ressenti à l’échelle nationale, ainsi que des autorités de tous les niveaux de pouvoir.

Drame au carnaval de Strépy-Bracquegnies: "Il y a beaucoup de colère, une volonté de représailles, l’émotion est à son comble" (vidéo)

Un registre de condoléances sera ouvert ce lundi à 11h à l’hôtel de ville de La Louvière en hommage aux victimes du chauffard qui a percuté un groupe de carnavaliers, faisant six morts et de nombreux blessés, ce dimanche à l’aube à Strépy-Braquegnies, a indiqué le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert, sur La Première (RTBF).

Le bilan s’élève toujours à six morts, 10 blessés graves et une vingtaine de blessés plus légers. Une assistance psychologique a été mise en place pour l’ensemble de la population, et plus particulièrement pour le personnel communal dont nombre de victimes font partie.

Des moments de recueillement sont en discussion avec les organisateurs des prochains carnavals de la région, qui devraient quant à eux être maintenus, a précisé M. Gobert. Une minute de silence pourrait aussi être décrétée au niveau national.

Le bourgmestre a témoigné du traumatisme présent dans la population, mais aussi du fort élan de sympathie ressenti à l’échelle nationale, ainsi que des autorités de tous les niveaux de pouvoir.

Quoi que l’on fasse, quand des automobilistes n’ont plus la capacité d’être conscients au volant...

Interrogé sur la nécessité d’ajouter des ralentisseurs supplémentaires, il a rappelé qu’il y en avait déjà et que les centres des villages étaient "totalement sécurisés" pour les carnavals, mais que les "ramassages" à l’aube étaient davantage spontanés. "On appréciera les choses de manière objective, mais on est dans un folklore de quartier, de proximité, et de tradition ancestrale", a-t-il fait observer.

"Quoi que l’on fasse, quand des automobilistes n’ont plus la capacité d’être conscients au volant, quels que soient les dispositifs (de ralentissement), ils passeront au travers, ou n’auront plus la capacité de les contourner" et provoqueront d’autres types d’accident, a-t-il déploré.

Jacques Gobert a appelé la justice à ne pas laisser se développer dans la population un sentiment d’impunité des auteurs, en raison de peines qui seraient "mal proportionnées". "Il y a beaucoup de colère, une volonté de représailles, l’émotion est à son comble", a-t-il commenté.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.