L'école communale d'Hennuyères saccagée dimanche soir à Braine-le-Comte

De la gouache a été répandue dans la nouvelle aile, des bancs, des armoires et des portes ont été vandalisés.

Elisa Megna
L'école communale d'Hennuyères saccagée dimanche soir à Braine-le-Comte

L'école communale d'Hennuyères a été la cible de vandalisme ce dimanche. A leur arrivée dans l'école ce matin, enseignants et membres du personnel ont découvert une série de dégâts considérables: de la peinture a été répandue partout sur le sol, des portes ont été arrachées, des bancs retournés et des châssis abîmés. S'étant rendu rapidement sur les lieux, le bourgmestre, Maxime Daye, est stupéfait de la violence de ces actes. "Je suis effaré, triste et en colère. Ce n'est pas du "bête" vandalisme comme on pourrait, par exemple, s'amuser pour autant que ce soit drôle mais s'amuser avec des bidons de gouache et jeter de la peinture par terre et sur les murs", explique Maxime Daye. "En fait, c'est beaucoup plus violent que cela. On voit des portes, des armoires, des bancs qui ont été cassés par des coups de pied. Il y a des classes complètement saccagées, des bureaux saccagés dans la nouvelle aile. Je suis vraiment effaré parce qu'à chaque mètre que l'on peut faire, on se demande ce qui a pu trotter dans la tête des personnes ou de la personne. Je n'ai pas de mots ... Le fait que l'on fasse cela à des enfants, à une école alors que l'on sort d'une crise sanitaire où il y a eu le masque, les enfants sont perturbés et là, ils privent à nouveau les enfants d'école pendant 3 jours".

Par chance, des portes ferment l'accès entre cette nouvelle aile et le reste de l'école. Le(s) vandale(s) n'ont donc pas pu accéder aux autres classes et sont restés bloqués dans cette annexe. Les classes de maternelle et certaines classes de primaires ont donc pu être épargnées. "Heureusement, les portes étaient fermées pour accéder à l'autre partie de l'école donc les maternelles et certaines classes de primaire continuent.", explique le bourgmestre. "C'est vraiment que les classes qui sont dans cette nouvelle aile mais bon c'est plus de 100 enfants qui sont concernés et qui sont donc sans école aujourd'hui, demain et mercredi matin probablement. Pour les parents qui ne savent pas s'organiser, il y a une garderie organisée ces jours-ci".

L'enquête est actuellement en cours. Arrivée rapidement sur les lieux, la police a constaté l'ensemble des dégâts. A l'heure d'écrire ces lignes, le laboratoire de la police s'est rendu sur place afin de relever des empreintes et faire des devoirs d'enquête. Pour le moment, le modus operandi reste flou. "Ils sont probablement entrés par effraction par une des portes mais pour l'instant on en sait pas plus. Heureusement, beaucoup de portes de sécurité étaient bien fermées donc il y a des classes dans lesquelles ils n'ont pas su accéder sinon soit les serrures ont lâché soit ils ont cassé le chambranle. Quand on voit les dégâts, on ressent la violence. C'est ce qui est le plus affolant je trouve. Ce n'est pas tellement le fait d'avoir de la gouache partout parce que cela à la limite cela se nettoie mais c'est d'avoir vu tout ce qui est cassé, mis à terre, ... c'est violent".

Parallèlement à l'enquête, la commune a contacté les assurances et le service Travaux s'est rendu sur place afin de prendre la mesure des rénovations et travaux qu'il faudra effectuer. Un bilan financier de l'ensemble des dégâts est en cours.