Les cas positifs chutent de 45% en une semaine à Bruxelles: de quoi rêver de la fin du CST?

Tous les indicateurs sont au vert dans la capitale. Les cas positifs diminuent drastiquement, tout comme le nombre de tests. Le CST pourrait-il tomber en mars?

Julien Rensonnet
Les cas positifs chutent de 45% en une semaine à Bruxelles: de quoi rêver de la fin du CST?
Les tests sont moins nombreux et leur taux de positivité diminue. ©BELGA

Omicron a fait ses valises et a quitté Bruxelles pour l’imminent congé de carnaval. C’est ce qui transparaît des chiffres diffusés ce 15 février par la Cocom.

"On voit que la situation se stabilise: on a une diminution très forte de tous les indicateurs", analyse Inge Neven en comparant les chiffres les plus récents à ceux de la semaine passée.

Ainsi, le taux d'incidence chute à 2.263 cas positifs sur 100.000 habitants pour les 14 derniers jours (soit plus de 45% de diminution par rapport aux 4.168 de la semaine passée). Bruxelles reste ainsi en dessous de la moyenne belge. Les tests observent aussi un ralentissement drastique: 6.500 par jour pour 10.000 encore il y a une semaine. Taux de positivité de ces derniers: 25,3% pour 36,4 il y a 7 jours à peine.

Conséquence: une valeur R à 0,61, l'indice le plus faible depuis des mois (0,88 il y a 15 jours). C'est la preuve que chaque personne infectée en contamine nettement moins d'une autre désormais.

Les soins intensifs soufflent

Les soins intensifs soufflent donc avec "une petite diminution" des lits occupés: on passe à 25%, pour 30% il y a une semaine.

Rayon vaccin, on est presqu’à l’arrêt désormais dans la capitale. 60% des 18 + éligibles sont boostés, dont 82% des 65 +. 80% des 45 + ont désormais terminé leur parcours vaccinal classique. "Je ne pense pas qu’on gagnera encore beaucoup de personnes spontanément", commente la responsable de la Cocom. "Une évaluation quant aux potentielles fermetures de centres de vaccination sera établie mi-mars".