Baudour: inquiétude des riverains autour d'une station d'épuration

Une demande de permis d'environnement a été introduite. En réalité, il ne s'agit pas d'un nouveau projet.

Baudour: inquiétude des riverains autour d'une station d'épuration

L’inquiétude aura été vive mais, heureusement, de courte durée pour les riverains de la rue Louis Ansiaux, à Baudour. Ceux-ci ont en effet découvert qu’une demande de permis d’environnement avait été introduite par l’intercommunale IDEA pour pouvoir poursuivre d’une part l’exploitation de la station d’épuration de Baudour-Canal, comprenant une ligne de traitement biologique et un silo de stockage de boues liquides, et d’autre part le déversement des eaux usées résiduaires urbaines dans le canal Nimy Blaton, au niveau de la route de Wallonie à Baudour.

Rapidement, la crainte de voir une station d’épuration construite à deux pas des jardins et de subir des nuisances olfactives a été formulée, d’autant que l’avis d’affichage n’était que peu visible et que la possibilité de formuler d’éventuelles remarques n’est possible que jusqu’à ce mardi 8 février, date de clôture de l’enquête publique. "On n’est pas au courant, il faut vraiment passer par la Darse à pied pour trouver les panneaux", alertait un riverain sur les réseaux sociaux.

"Si nous avons notre mot à dire, pourquoi sont-ils déjà en train de couper tous les arbres et mettre à nu le terrain? Sont-ils déjà sûrs d’avoir l’autorisation?" Des inquiétudes partagées par d’autres riverains. "J’habite juste derrière et les voisins ne sont pas au courant… Bonjour les odeurs." En réalité, les riverains peuvent être rassurés: si une demande de permis d’environnement a bien été introduite par l’intercommunale, il ne s’agit que d’une procédure de régularisation.

"Le permis arrive à échéance, il doit donc être renouvelé", confirme l’échevin en charge de l’urbanisme, Rudy Bureau (PS). "Il ne s’agit que d’une démarche nécessaire pour assurer la poursuite d’une activité qui existe, de mémoire, depuis 1993. Rien ne changera pour les habitants du quartier. Il n’est pas question de construire une nouvelle station d’épuration." Alerté par les riverains, l’échevin s’était rendu sur les lieux ce dimanche.

Les travaux de défrichage entrepris au niveau d’un sous-bois voisin sont donc totalement indépendants de la demande de permis d’environnement. "Ils sont menés sur un terrain privé, c’est selon moi un pur hasard qu’ils soient réalisés à la même période que l’enquête publique." L’interprétation des riverains quant à ce projet étant faussée, les dernières informations obtenues auprès de l’échevin devraient permettre de les rassurer.