Nouvel An: pourquoi le feu d’artifice de la Ville de Bruxelles a très peu de chance d’avoir lieu

Dans les couloirs de l’hôtel de ville, rares celles et ceux qui y croient encore. Dans ceux du Marché au Charbon, à la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles, on n’y croit carrément plus: "pas de feu d’artifice cette année", nous glisse-t-on.

M. L.
Nouvel An: pourquoi le feu d’artifice de la Ville de Bruxelles a très peu de chance d’avoir lieu
Les images du feu d’artifice de la place du Trône risquent encore de rester un souvenir en 2021. ©BELGA

Le feu d’artifice organisé chaque 31 décembre par la Ville de Bruxelles est très largement compromis. L’an passé déjà, il avait dû être annulé à cause de la pandémie. Dans les couloirs de l’hôtel de ville, rares celles et ceux qui y croient encore. Dans ceux du Marché au Charbon, à la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles, on n’y croit carrément plus: "pas de feu d’artifice cette année", nous glisse-t-on.

Le bourgmestre Philippe Close ne ferme pourtant pas complètement la porte: "Nous sommes suspendus au Codeco du 22 décembre", motive sa porte-parole Wafaa Hammich. "Nous pourrions être prêts en quatre ou cinq jours." Dans les faits, la tenue du plus beau feu d’artifice du pays est pourtant conditionnée à une série de décisions essentielles, qui condamnent très certainement l’événement.

Primo, le Codeco du 22 décembre doit annuler le "couvre-feu" Horeca et événementiel de 23h. Le prolonger à minuit, comme pour le réveillon de l’an passé, voire 1h du matin ne permettrait pas d’organiser le feu d’artifice. Le feu d’artifice réunit chaque année plus de 50 000 personnes. Le Codeco fera peut-être un geste pour la soirée du réveillon mais le "couvre-feu" Horeca et événement de 23h ne devrait pas sauter.

Deuzio, il faudrait que la situation sanitaire s’améliore largement. Ce qui, même si la Belgique semble avoir atteint un pic, ne semble pas être le cas. Le nombre de patients en soins intensifs progresse toujours, le variant Omicron est en train de déferler sur la Belgique tandis qu’Alexander De Croo s’oppose à tout assouplissement d’ici la fin de l’année.

Tertio, la Ville de Bruxelles ne veut en aucun cas prendre de risque avec la santé des Belges. Et ne pas paraître irresponsable. Déjà, sur les Plaisirs d’Hiver, elle a subi une grosse pression en matière de responsabilité sanitaire en n’imposant pas le CST à tous les visiteurs. Ici, si feu d’artifice il y a, il se déroulera d’office en mode CST et masqué. Prévu sur le très vaste plateau du Heysel, le contrôle du Covid Safe Ticket est tout à fait organisable, de même que la gestion du flux de personnes.