L’ultimatum d’Emir Kir à la Région: "S’ils ne font rien, j’installerai des potelets"

Le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir veut une séparation physique sur la chaussée de Louvain, où il considère l’aménagement de plain-pied comme dangereux

Ro. Ma.
L’ultimatum d’Emir Kir à la Région: "S’ils ne font rien, j’installerai des potelets"

C’est un ultimatum posé par Emir Kir. Le bourgmestre de la commune de Saint-Josse demande à la Région de "prendre ses responsabilités pour sécuriser la Chaussée de Louvain".

Selon le mayeur, l’aménagement de plain-pied entre Madou et l’église de Saint-Josse serait accidentogène en raison de la pente et de la circulation des bus.

" La zone accès limité ne suffit pas à restreindre la vitesse, l’inclinaison de la chaussée ainsi que le peu de lisibilité de l’aménagement de plain-pied contreviennent aux objectifs d’assurer le confort mais surtout la sécurité des usagers faibles. "

Selon Emir Kir, l’infrastructure générerait également une augmentation du stationnement sauvage.

" Nous avons déjà contacté de nombreuses fois la Région. Je regrette son absence de réactivité. Je donne maintenant un mois à la ministre pour réagir. S’ils ne font rien, j’installerai des potelets pour éviter le stationnement sauvage et sécuriser la zone", avertit le mandataire tennoodois.

Du côté du cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), on assure : " La sécurité de tous les usagers, et particulièrement des usagers faibles de la route, est notre priorité. Un contact a été pris avec la commune de Saint-Josse pour trouver des solutions le plus rapidement possible".