Le CST devrait finalement bel et bien s’inviter à Plaisirs d’Hiver

Le masque, c’était prévu. Mais le CST était annoncé comme le grand absent de Plaisirs d’Hiver. La donne a changé à Bruxelles suite au dernier Codeco. Ce qui n’ira pas sans adaptation entre Grand-Place et Vismet.

Julien Rensonnet
Le CST devrait finalement bel et bien s’inviter à Plaisirs d’Hiver
Le Vismet pourrait être bouclé pour contrôler le CST mais la démarche ne sera pas aussi facile dans tous les espaces publics de Plaisirs d’Hiver. ©Ville de Bruxelles

Les décisions du Codeco de ce 17 novembre ont été accueillies avec un certain soulagement à la Ville de Bruxelles. En l'état, les Plaisirs d'Hiver peuvent bel et bien se tenir. On se rappelle que les autorités prévoient de placer leur événement phare aux 3 millions de visiteurs sous le "protocole marché" en cours.

"Les dernières décisions autorisent les événements de masse, y compris les marchés", confirme Delphine Houba, échevine bruxelloise des Grand événements (PS). "On suit évidemment l’évolution au plus près pour se conformer aux règles". Celles-ci imposent désormais le CST dès le seuil de 100 personnes dépassé en extérieur.

Plus épineux que le sapin

Celles-ci doivent encore être traduites en arrêtés et c'est sur cette base que la Ville travaillera. "Dès ce jeudi 18 novembre, nous nous réunissons avec la Région bruxelloise pour observer tous les scénarios sur la table", précise l'édile socialiste. "Mais l'objectif reste d'organiser les Plaisirs d'Hiver dans les règles". Soit avec masque comme prévu. Mais aussi plus que probablement avec CST, alors que la Ville avait d'abord annoncé en grande pompe que ce ne serait pas le cas.

Ce qui risque de s'avérer aussi épineux que le rutilant sapin fraîchement arrivé de Dilbeek sur la Grand-Place. On se souvient ainsi que, l'hiver dernier, la police avait dû filtrer l'accès à celle-ci à plusieurs reprises en raison d'une affluence indomptable. "On sait que la crèche et le sapin génèrent un immense engouement", acquiesce Houba, qui sait qu'une telle opération risque de se reproduire en 2021.

CST «compliqué» à contrôler

Houba: «Nous allons étudier tous les scénarios et nous nous adapterons».
Houba: «Nous allons étudier tous les scénarios et nous nous adapterons». ©ÉdA – Julien RENSONNET

La difficulté viendra aussi de la nature de l’événement. En plus de drainer les foules, celui-ci se définit par un parcours de 2km impossible à boucler. Comment dès lors contrôler le CST? Et ce n’est pas le retour des cahutes à la Bourse qui facilitera le travail des stewards. Seul le Vismet et ses aubettes à vin chaud pourraient sans doute faire l’objet d’un ceinturage. "Ça complique en effet la donne. Impossible de boucler tout l’espace public concerné", reconnaît l’édile. "Mais les équipes et la police peuvent réagir. Il nous reste 10 jours pour affiner notre stratégie". Qui demandera sans doute davantage de personnel.

Quant aux annulations d'autres marchés de Noël au retentissement international, comme c'est déjà le cas de Munich, Delphine Houba ne veut pas en faire ses choux gras. "Ça serait cynique. Bien sûr, il pourrait y avoir un report de touristes à Bruxelles. Quoiqu'il arrive, on travaille sur notre attractivité: elle donne des perspectives aux hôtels, aux commerces, secteurs en souffrance aux emplois non délocalisables".