Des titres d’entreprises détournés en oeuvres d’art aux enchères pour lutter contre la polio

Des Rotariens, notamment de Welkenraedt, ont créé une fondation et mis sur pied une exposition d’œuvres toutes particulières pour lutter contre la polio.

Sarah Rentmeister
Des titres d’entreprises détournés en oeuvres d’art aux enchères pour lutter contre la polio
Palimpseste à l’encre de chine pour la vente aux enchères du Rotary club de Welkenreadt

Tout est parti d'une exposition. Celle de Pierre Alechinsky, Palimpsestes, à la Louvière en 2017. Le Welkenraedtois Thierry Reip en est alors un des contemplateurs d'un jour et ne peut décrocher son regard de ces «parchemins déjà utilisés». «Palimpsestes, c'est un terme ancestral dont j'ai appris la signification cette année-là» reconnait-il. Un moment culturel qui lui donne idée: «faire quelque chose de mes titres de société que j'ai encore en ma possession et qui ne valent plus rien, l'État les ayant dématérialisés». Il se met alors en tête de contacter des artistes «pour qu'ils fassent quelque chose avec ou sur le papier de ces titres». Beaucoup, célèbres comme moins célèbres, en Belgique ou à l'international, se prêtent volontiers au jeu. «On a Philippe Geluck, Luis Salazar, Robert Alonzi, Henri Caps ou encore Pierre Kroll.» «On», c'est lui et ses trois amis rotariens, Jean Nelis du Rotary Club de Fléron, Roland Soubras de celui de la Vallée du Geer et Georges Rensonnet du Rotary Club de Plombieres-Welkenraedt (dont Thierry Reip est aussi membre).