Schaerbeek veut abattre 108 platanes sans toucher aux voitures avenue Louis Bertrand: l’ARAU bûcheronne le projet

La Commune de Schaerbeek veut relifter totalement l’avenue Louis Bertrand. Elle prévoit de couper 108 platanes et de réduire le végétal, sans toucher à la place de la voiture. L’ARAU démonte le projet. Par ailleurs, une pétition est lancée.

Schaerbeek veut abattre 108 platanes sans toucher aux voitures avenue Louis Bertrand: l’ARAU bûcheronne le projet

Le plan de réaménagement de l’avenue Louis Bertrand, majestueuse artère de la commune de Schaerbeek classée depuis janvier de l’année dernière, ainsi que de ses abords, ne peut être approuvé, essentiellement pour la vision rétrograde qui anime le projet défendu par la commune, a affirmé mardi l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaine (ARAU).

Une première demande de permis d’urbanisme en vue de la réfection de l’avenue avait fait l’objet d’un avis nettement défavorable de la Commission royale des Monuments et Sites, il y a près de cinq ans. Motif: le projet s’inscrivait «en rupture totale avec la valeur patrimoniale majeure de l’ensemble urbain remarquable qu’il constitue». L’enquête publique avait dès lors été suspendue et le conseil communal de Schaerbeek avait décidé, en mai 2017, d’introduire la demande de classement comme site pour baliser une future nouvelle demande.

L’ARAU plaide pour «débarrasser la berme centrale de l’avenue Louis Bertrand des véhicules qui l’encadrent habituellement» pour ainsi «remettre en valeur la perspective» qui existait déjà avant 1914, comme le prouve ce document.

La commune n’a ensuite pas attendu le classement pour préparer, en concertation avec la Commission Royale des Monuments et des Sites, un nouveau projet de réaménagement. La nouvelle demande de permis d’urbanisme a été déposée il y a plusieurs mois. Le projet prévoit notamment de supprimer les ronds-points et de sécuriser les traversées piétonnes.

Un pavé dans la mare de Saint-Servais

L’enquête publique est terminée. À deux jours de la réunion de la commission de concertation, l’ARAU a dit, ce 23 juin 2021, tout le mal qu’il pensait du projet qu’il est possible d’améliorer, même si le classement a limité les possibilités d’intervention.

L'association critique l'abattage prévu d'arbres adultes en bonne santé (NDLR: 108 platanes remplacés par 78 specimens de nouvelles essences, ambition contre laquelle une pétition récolte près de 1200 signatures ce 23 juin), la réduction des surfaces végétalisées sur l'avenue sur une surface de 1400m2 et le remplacement des pavés par de l'asphalte dans les rues du pourtour de l'église Saint-Servais.

En outre, le projet ne remet pas en question l'emprise de la voiture sur l'espace public, en maintenant deux bandes de stationnement le long de chacun des axes de la voirie. L'ARAU se montre particulièrement critique quant à l'idée de juxtaposer au même niveau de la berme centrale le stationnement et le trottoir. «La note explicative justifie cette disposition par la volonté de pouvoir, au besoin, supprimer ces bandes de stationnement et ainsi augmenter la surface dédiée aux cheminements piétons. Pourquoi ne pas poser un geste fort et simplement supprimer dès à présent les deux bandes de stationnement le long de la berme centrale?», se questionne l'atelier.

 L’ARAU plaide pour supprimer le stationnement en berme centrale de Louis Bertrand, ce qui permettrait de gagner en verdure sur l’avenue.

Pour l'ARAU, la commune de Schaerbeek manque d'ambition: il faut aller beaucoup plus loin et supprimer les bandes de stationnement qui longent la berme centrale verdurisée. Cette disposition permettrait de ne pas devoir rogner sur les surfaces végétalisées, d'élargir les trottoirs et les cheminements piétons, et de redonner son éclat à cette berme centrale: la perspective majestueuse de l'avenue Louis Bertrand, reconnue pour son intérêt urbanistique, paysager et patrimonial, serait ainsi soulignée.

Un nouveau projet doit être remis sur le métier pour prouver que patrimoine, mobilité active, exigences environnementales et convivialité sont tout à fait compatibles, a enfin dit l’association.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.