Yolande Moreau, Gabrielle Petit, Nafi Thiam ou la Reine Élisabeth: Berchem-Sainte-Agathe rebaptise (temporairement) 10 de ses rues

Berchem-Sainte-Agathe va rebaptiser 10 de ses rues en l’honneur de femmes illustres. Ce changement d’un mois, qui n’est donc que temporaire, marquera le 8 mars, Journée internationale pour les droits des femmes.

Yolande Moreau, Gabrielle Petit, Nafi Thiam ou la Reine Élisabeth: Berchem-Sainte-Agathe rebaptise (temporairement) 10 de ses rues
Les changements de noms à Berchem-Sainte-Agathe ne seront pas permanents mais veulent montrer à quel point la place des femmes dans l’espace public est minorisée. ©BELGAIMAGE – THIERRY ROGE

C’est loin d’être définitif, mais c’est déjà un symbole: tout ce mois de mars, la Commune de Berchem-Sainte-Agathe féminisera quelques-uns de ses noms de rue. On sait en effet qu’à peine 6% des rues bruxelloises sont nommées d’après une femme. Et la Commune du nord-ouest de Bruxelles décide ainsi de fêter à sa façon le 8 mars, Journée internationale pour les droits des femmes.

Concrètement, «les noms des personnages illustres qui ont donné leur nom à nos places ou à nos rues seront temporairement complétés par des plaques de rues mettant à l’honneur des femmes, tout aussi illustres» précise Katia Van den Broucke, Échevine de l’égalité des chances (Écolo) à l’initiative du projet.

En plus de ces 10 «rebaptêmes», 15 dates marquantes du droit des femmes belges seront affichées dans les lieux publics de Berchem-Sainte-Agathe. «Nous voulons montrer d’où on vient et rappeler que certaines avancées qui nous semblent solidement acquises sont en fait tellement récentes dans notre Histoire», plaide le communiqué de Van den Broucke. «Si c’est le mouvement féministe et les femmes elles-mêmes qui ont largement œuvré pour demander une égalité dans la société, les hommes ont leur rôle à jouer: juste répartition des tâches ménagères et de la charge mentale, congé parental, égalité salariale, lutte contre le sexisme et les stéréotypes genrés».

Et de terminer par cette évidence: «les hommes peuvent aussi défendre les droits des femmes».