Bernard Crutzen à propos de «Ceci n’est pas un complot»: «Je vois mon film comme un contrepoids»

Suivi par le public, vilipendé par les médias, le documentariste Bernard Crutzen répond aux critiques adressées à son film «Ceci n’est pas un complot». Vraiment?

Michaël Degré
Michaël DEGRÉ
Bernard Crutzen à propos de «Ceci n’est pas un complot»: «Je vois mon film comme un contrepoids»
Depuis la mise en ligne de son film, Bernard Crutzen est sous le feu des critiques.

C'est, pour paraphraser une émission de la RTBF, ce qui fait débat: dimanche dernier, le réalisateur belge Bernard Crutzen a mis en ligne Ceci n'est pas un complot, un film dans lequel il interroge la façon dont les principaux médias du pays auraient alimenté, à l'excès, le climat anxiogène régnant autour de la crise sanitaire. Un long-métrage documentaire trop vite comparé à Hold-Up, largement plébiscité par le public (on approchait hier le million de vues, ça n'est pas neutre), mais vilipendé par (entre autres) le monde médiatique et dont se sont rapidement détachés certains de ses intervenants comme Marius Gilbert ou l'anthropologue Jacinthe Mazzocchetti, qui a estimé que Bernard Crutzen avançait « la thèse d'une propagande médiatique, consciente, malveillante, unilatérale ». D'autres lui reprochent « un parti pris», son «montage excessif», qui tiendrait de «la manipulation», ainsi que des « erreurs factuelles », à l'instar d'Emmanuel André. Nous avons joint son auteur afin de lui permettre de réexpliquer ses intentions réelles, mais aussi de répondre à ses détracteurs.