Quel avenir aux potagers Agnès Varda? Il y aura du logement social

Les potagers Agnès Varda, anciennement connus comme les potagers Boondael-Ernotte, sont sauvés de la bétonnisation. La Commune d’Ixelles espère cependant y construire du logement social. Un bureau d’étude est sur le coup. Qui va consulter.

Quel avenir aux potagers Agnès Varda? Il y aura du logement social
Les potagers Boondael-Ernotte, désormais Agnès Varda, étaient menacés lors des précédentes législatures par la volonté de l’ancienne majorité de vendre le site pour y bâtir du logement. ©Google Street View

Le site Varda va être réaménagé. La commune est propriétaire de ce qu’elle décrit comme «écrin vert et petit poumon du sud d’Ixelles». C’est le bureau d’étude Suède 36 qui planchera sur le devenir du site, jadis connu sous le nom de «potagers Ernotte». Un processus participatif sera mis en place pour intégrer les riverains à la réflexion. Le terrain se trouvant à la lisière de Watermael-Boitsfort, à deux pas des logements sociaux du site Akarova, l’avis des riverains ixellois mais aussi boitsfortois sera sollicité, comme celui des «potagistes» et des autres ASBL locales.

Le site Agnès Varda, anciennement connu comme les Potagers Ernotte (lire cadrée), est une parcelle verdoyante mais laissée en grande partie à l’état de «friche». Une grande part resteront des «espaces naturels revalorisés», soit quelque 20.000m2 sur les 35.000 au total. C’est ce qu’annonce la majorité Écolo-Groen-PS.

«Un équipement et du logement»

Le potager déjà présent sur le site (lire cadrée) «sera conservé et valorisé pour favoriser son intérêt pédagogique», promettent les autorités. «Le reste du terrain devra permettre la création d’un équipement en lien avec la nature ainsi que de logements sociaux et à caractère social».

«Notre priorité est de préserver une bonne fois pour toutes le caractère naturel du site qui a été menacé par le passé, tout en le rendant plus attractif pour l’ensemble des riverains», se félicite Christos Doulkeridis, Bourgmestre d’Ixelles (Écolo). Quant à Anaïs Camus, échevine (Écolo) des propriétés communales, elle précise que «Ce projet répond à deux enjeux majeurs à Ixelles: préserver des espaces verts et créer du logement».

Parallèlement à l’étude de définition du site, le Plan Particulier d’Affectation du sol (PPAS), le Rapport d’Incidence Environnementale (RIE) et le projet paysager du site sont pilotés par l’échevin de l’Urbanisme, Yves Rouyet (Écolo).