Des tours moins hautes que prévu dans la rue de la Loi?

«Les bâtiments élevés de la “zone centrale” du projet de PAD Loi pourraient être revus à la baisse»: c’est ce qu’annonce Rudi Vervoort. Une quinzaine de tours sont en effet prévues rue de la Loi, ce qui inquiète les riverains. Mais l’idée évolue.

Des tours moins hautes que prévu dans la rue de la Loi?
Le PAD Loi prévoit une quinzaine de tours le long de l’artère automobile bien connue: mais les gabarits pourraient être revus. ©ÉdA – Julien RENSONNET

La hauteur des bâtiments élevés de la «zone centrale» du projet de Plan d’Aménagement directeur Loi (PAD Loi) à Bruxelles pourraient être revus, afin d’en minimiser l’impact des incidences en termes d’ensoleillement et de vent, a indiqué vendredi le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort.

Au cours de l’enquête publique ouverte en 2019, au sujet de ce projet de Plan d’Aménagement directeur fixant les grands axes réglementaires du développement futur du quartier, plusieurs comités d’habitants et la Commission royale des Monuments et des Sites avaient exprimé leurs inquiétudes sur les constructions potentielles en cas d’adoption définitive.

Dans sa version approuvée en première lecture par le gouvernement bruxellois, le PAD Loi prévoit l’implantation de 185.000 m² de logements, trois hectares d’espaces publics, ainsi qu’un cadre important pour des équipements publics «locaux et métropolitains». Ces nouvelles fonctions s’organiseront «autour de bâtiments à l’emprise au sol limitée et aux gabarits variables dont certains élevés».

Plusieurs comités d’habitants, mais aussi la CRMS, s’inquiètent des conséquences possibles de la densification envisagée – certains évoquent jusqu’à 14 tours – dont cinq de 120 m et une pouvant s’élever à 155 m.

Hauteur et densité revues?

Selon le ministre-président bruxellois, la Commission Régionale de Développement (CRD) a rendu son avis concernant le projet de PAD. Perspective. brussels, centre d’expertise en charge de la stratégie de développement territorial pour la Région bruxelloise, a ainsi désormais reçu l’ensemble des remarques des différents acteurs.

Cet avis relaie les questionnements d’un certain nombre d’acteurs sur la densité, la hauteur, les espaces publics, ou encore le logement.

«Le ministre-président a entendu ces préoccupations et s’attachera désormais à revoir – en vue d’en améliorer l’encadrement – plusieurs thématiques: l’espace public et la mobilité en vue d’augmenter la part de l’espace dédié à la mobilité active et aux fonctions de séjour; ainsi que les gabarits et implantations», a annoncé vendredi le cabinet de Vervoort.

Le ministre-président a entendu les préoccupations et s’attachera à revoir espace public et mobilité ainsi que gabarits et implantations

À ce sujet, «les bâtiments élevés de la “zone centrale” du projet de PAD pourraient être revus à la baisse, et ce afin de minimiser l’impact des incidences relevées en termes d’ensoleillement et de vent, tant au sein du projet de PAD que sur les quartiers riverains», a ajouté le cabinet.

 Une quinzaine de tours du gabarit de l’immeuble The One sont prévues dans le PAD Loi. Les riverains craignent les conséquences sur l’ensoleillement et les vents.
Une quinzaine de tours du gabarit de l’immeuble The One sont prévues dans le PAD Loi. Les riverains craignent les conséquences sur l’ensoleillement et les vents. ©ÉdA – Julien RENSONNET

Au sujet de la densité et du logement, celui-ci a par ailleurs tenu à préciser que pour garantir une mixité sociale des futurs habitants, l’objectif de la Déclaration de Politique régionale de créer 15% de logements à finalité sociale dans les quartiers qui en sont dépourvus, sera poursuivi».

Accent sur la mixité

Le plan, revu à l’aune de ces éléments, sera «prochainement» analysé par le gouvernement bruxellois afin de proposer un projet pour le quartier Loi «porteur de sens pour tous les citoyens», a-t-il encore dit.

«Nous sommes conscients que la vision de la Ville a évolué» depuis le schéma directeur de 2008, et le «Projet urbain Loi» de l’atelier Christian de Portzamparc qui a constitué, depuis l’année suivante «le fil rouge du réaménagement de la rue de la Loi. C’est précisément ce qui a conduit la Région à revoir à la baisse les décisions antérieures en termes de volume d’espaces construits et de densité. Les objectifs de mixité urbaine ne sont, quant à eux, remis en question par aucun acteur», a commenté le ministre-président Vervoort cité par son cabinet.

 Les casernes d’Ixelles vont devenir un nouveau quartier via le PAD Usquare.
Les casernes d’Ixelles vont devenir un nouveau quartier via le PAD Usquare. ©ÉdA – Julien RENSONNET

Le gouvernement bruxellois a par ailleurs adopté jeudi 19 novembre dans sa version définitive le Plan d’Aménagement Directeur (PAD) «Usquare» qui porte sur le site des anciennes casernes d’Ixelles.

À l’issue de l’enquête publique et des avis des institutions et des communes impliquées, une série d’ajustements avaient été adoptés.

+ PHOTOS | Comment des Parisiens comptent réinventer l’espace public des anciennes casernes d’Ixelles

+ REPORTAGE | Avec See U, la caserne d’Ixelles ouvre au public : 5 projets très cool à y voir

En 2018, la Région de Bruxelles-Capitale a acquis ce site d’une superficie de quelque 44.000 m². Usquare est situé à proximité des campus de l’Université libre de Bruxelles (ULB) et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), à la croisée de plusieurs grands axes de transport public.

De l’aveu du ministre-président, Rudi Vervoort (PS), à l’initiative du projet de PAD, le site possède un grand potentiel de reconversion.

Logements, fablabs et espaces ouverts

Le nouveau plan vise à créer un nouveau quartier mixte comprenant des logements accessibles pour les familles et les étudiants ainsi que des espaces ouverts avec des équipements collectifs; et à offrir un nouvel espace de rencontre pour les habitants des quartiers environnants sous la forme d’équipements et d’espaces publics accessibles à tous. Il y aura ainsi un nouveau parc de 2.000 m².

Autre orientation à venir sur le site: le monde universitaire présent sur le site s’ouvrira à toutes et tous grâce à des unités de recherche et des équipements de type FabLab.

L’architecture existante sera mise en valeur grâce à un traitement urbanistique respectueux et à l’innovation. Les caractéristiques de l’ancienne école de gendarmerie seront ainsi préservées et serviront de cadre à une multitude d’usages.

Marche et vélo

Sous un autre angle, la reconversion du site concrétisera la ville en transition, en économisant les ressources, en donnant accès à une qualité de vie optimale pour ses usagers et habitants «sans compromettre le futur».

L’essentiel des déplacements à l’intérieur du site se feront à pied, à vélo ou en ayant recours aux nombreux transports en commun à proximité.

+ PHOTOS & VIDÉO | Aux casernes, une fresque de 1000m2 que seuls les oiseaux (et les avions) verront

+ PHOTOS | 40 tonnes de mélèze et 32,4° d’inclinaison pour le vélodrome des casernes d’Ixelles

La Région bruxelloise a récemment délivré à la Société d’Aménagement Urbain (sau-msi.brussels) le premier permis d’urbanisme pour la rénovation et la reconversion de l’ancien Manège en une halle axée sur l’alimentation durable. Le second permis a été délivré aux universités ULB et VUB pour la rénovation et la réaffectation des bâtiments situés à front du boulevard Général Jacques en équipements universitaires et en logements pour des chercheurs.

Le futur quartier accueillera à terme une centaine de logements (sociaux et moyens acquisitifs).

L’objectif est d’entamer les travaux de 33 premiers logements avant fin 2023 et de délivrer les infrastructures précitées progressivement à partir de 2023.

Le PAD entrera en vigueur dans les 15 jours suivants sa publication au Moniteur Belge.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...