Les grossistes du Mabru pas encore dans les choux: «300 faisans au lieu de 2000»

Légumiers, volaillers, épiciers ou poissonniers du Mabru se disent très impactés par la fermeture de l’horeca. Mais au marché matinal de Bruxelles, on est sauvé de la noyade par le take-away ou les magasins de quartier. Ce qui n’empêche pas les grossistes de regarder vers décembre avec angoisse.

Julien Rensonnet
Les grossistes du Mabru pas encore dans les choux: «300 faisans au lieu de 2000»
La saison des champignons bat son plein au Mabru. Mais les restaurateurs wallons, friands de ces merveilles des sous-bois, sont moins nombreux à commander auprès d’Albert Duchesne. ©ÉdA – Julien RENSONNET