VIDÉO | Enseignant décapité en France: l’hommage «médiatisé» d’un chanteur belge

Parmi tous les hommages déjà rendus à Samuel Paty, le professeur d’histoire décapité vendredi passé dans les Yvelines, la reprise de la chanson «Adieu Monsieur le professeur» par un chanteur bruxellois a suscité une émotion intense lors d’un rassemblement organisé dimanche dernier à Paris.

Dimanche. Place de la République, à Paris. Lors d'un rassemblement en hommage à Samuel Paty, un guitariste entonne une chanson d'Hughes Aufray: «Adieu Monsieur le professeur». Dès le deuxième couplet, le public reprend le morceau en cœur. Filmé et partagé massivement sur les réseaux sociaux, ce moment de communion émeut la France. À tel point qu'il sera repris par les médias français, y compris TF1 qui en fera l'ouverture de son JT.

À l’origine de cette reprise collégiale, un artiste déjà repéré dans «The Voice Belgique», Christophe Wurm, alias Phorin. À Paris depuis plusieurs semaines, le chanteur bruxellois se souvient de «cette émotion particulière».

+ À LIRE AUSSI | Professeur décapité : 7 personnes dont 2 mineurs présentées à un juge antiterroriste

«Lorsque j’ai entamé les premières notes de la chanson, les gens se sont retournés, raconte-t-il à la RTBF. J’ai chanté le premier couplet et le premier refrain seul. C’est à partir du deuxième couplet que les gens ont commencé à chanter avec moi. Ils se sont positionnés en cercle autour de moi, c’était une sorte de communion assez folle et un moment hyper intense.»

Présent pour rendre hommage au professeur décapité dans les Yvelines, mais aussi à tout le corps professoral dont ses parents font partie, l’artiste assure être le premier étonné de l’impact que sa reprise a eu sur les Français. «Je ne suis pas venu à cette manifestation en voulant faire ma promotion, c’est bizarre. Je n’avais jamais fait ça», souligne-t-il. Alors, faire l’ouverture du JT de TF1… «Je ne m’y attendais pas du tout. Quand on chante en français, passer sur TF1 c’est un peu une consécration, c’est difficile de faire mieux.»

Décidé à rester à Paris pour «une durée indéterminée», Phorin espère désormais rencontrer Hughes Aufray.