«L’impact des tests est environnemental d’abord»: polémique autour de propos «pas audibles» d'Alain Maron

L’ensemble des personnes qui doivent être testées doivent avoir accès aux tests sans limites, a affirmé ce jeudi soir le ministre bruxellois de la Santé après des critiques de certaines formations de l’opposition au sujet de propos tenus par le ministre en commission de la Santé.

«L’impact des tests est environnemental d’abord»: polémique autour de propos «pas audibles» d'Alain Maron

Sur un extrait videofilmé de ces propos tenus en commission, on y voit le ministre dire, en videoconférence, qu’«il n’est pas recommandé de multiplier les tests pour multiplier les tests. D’abord parce que ça vient engorger inutilement, la multiplication des tests pour une même personne. Et puis, l’impact des tests, il est environnemental d’abord. Ça fait une masse considérable de déchets, bon.»

Sur un montage video diffusé sur Twitter, le cdH a également repris les propos rageurs de la cheffe du groupe cdH Céline Fremault signifiant que dire que cet acte médical a un coût environnemental est «inaudible» et que l’«on court à la catastrophe».

Le ministre Maron a tenu à rappeler ce jeudi soir que la Région bruxelloise investissait massivement dans le testing à raison de 35.000 tests actuellement et, dans quelques semaines, de 60.000 tests par semaine.

Je regrette que certains de mes propos qui portaient sur une question annexe soient utilisés de manière caricaturale.

«Nous inaugurons par exemple le centre de tests Heysel la semaine prochaine et Anderlecht ensuite. Au total, 7 nouveaux centres de test sont ouverts… Bruxelles est depuis un moment la «province» où on teste le plus en Belgique, ce qui est logique au regard de la situation sanitaire. Il est évident que toutes les personnes qui doivent être testées (symptomatiques, contacts à risque, protocoles particuliers de sécurité dans les maisons de repos et collectivités…) doivent absolument avoir accès aux tests, dans les meilleures conditions possibles et sans limite tant qu’elles sont dans les conditions du test. Et c’est ce que la Région met en œuvre», a souligné Alain Maron.

Selon celui-ci, la Région investit massivement par ailleurs, depuis le début de la crise, dans les secteurs social/santé pour faire face à la pandémie. «Testing/tracing, soutien en plus aux secteurs sans abris et santé mentale, soutien aux maisons de repos, matériel, etc. Et nous allons continuer», a-t-il ajouté.

«Je regrette que certains de mes propos qui portaient sur une question annexe, à savoir les conséquences potentielles que les mêmes personnes se fassent tester de manière très régulière, soient utilisés de manière caricaturale. Je ne souhaite pas tomber dans des polémiques politiciennes: ma priorité va à la gestion de la crise, dans ses différents aspects relevant des compétences régionales, en collaboration avec les autres niveaux de pouvoir», a-t-il conclu.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.