La plainte des automobilistes contre les pistes cyclables introduite: «On fait de l’unimodal avec le vélo»

Ils veulent supprimer les pistes cyclables dessinées durant le déconfinement: les membres de l’ASBL Mauto Défense ont introduit son action contre la Région bruxelloise devant le tribunal civil.

La plainte des automobilistes contre les pistes cyclables introduite: «On fait de l’unimodal avec le vélo»

L'action de l'ASBL Mauto Défense contre la Région de Bruxelles-Capitale en vue de supprimer certaines pistes cyclables a été introduite mercredi devant le tribunal civil de Bruxelles en référé. Aucune date d'audience n'a encore été fixée mais les débats devraient avoir lieu rapidement, probablement au cours de la semaine prochaine. L'affaire pourrait aussi être jointe à une autre action similaire, intentée par la commune d'Uccle.

Trois personnes, deux particuliers et le restaurant gastronomique bruxellois La Truffe Noire, se sont associées à cette action intentée par Mauto Défense, association de défense des droits des automobilistes et des motards.

«Elle a pour but de contraindre la région bruxelloise de retirer immédiatement les pistes cyclables prétendument provisoires, érigées illégalement sur les voiries régionales en lieu et place d’une bande de circulation, sous peine d’une astreinte de 1.000 euros par jour de retard», avait expliqué Lucien Beckers, président de Mauto Défense.

Son association administre notamment le groupe Facebook «L’Automobiliste en a marre», qui compte environ 20.000 membres. Elle demande la suppression des pistes cyclables provisoires et un moratoire sur la création des futures pistes cyclables afin de prendre le temps d’instaurer un dialogue.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.