Des députés bruxellois portent plainte pour incitation à la haine à l’encontre de Pierre Kompany

Les six députés cdH du parlement bruxellois annoncent ce jeudi le dépôt d’une plainte pour incitation à la haine, injures racistes et harcèlement à l’égard de leur co-listier Pierre Kompany, par ailleurs bourgmestre de Ganshoren et père du Diable rouge.

Des députés bruxellois portent plainte pour incitation à la haine à l’encontre de Pierre Kompany

Selon leur cheffe de groupe Céline Fremault, depuis la diffusion, samedi dernier, d’une vidéo collective de l’ensemble des députés bruxellois cdH à propos du dépôt d’une résolution relative à l’Histoire et la Mémoire coloniale partagée, Pierre Kompany est la cible constante de messages racistes répétés d’une violence inacceptable.

Le cdH porte solidairement cette résolution sur le travail d’Histoire et de Mémoire coloniale partagée et notamment, la demande d’excuses éclairées en accord avec le président du parti Maxime Prévot et le bureau politique du cdH.

«Or, force est de constater pour le cdH que seul Pierre Kompany fait l’objet d’un traitement odieux qui s’apparente par ailleurs à du harcèlement», a souligné Céline Fremault.

«L’ensemble des députés cdH bruxellois – Bertin Mampaka, Véronique Lefrancq, Christophe De Beukelaer, Gladys Kazadi et Pierre Kompany – et moi-même comme cheffe de groupe, nous avons décidé de donner une suite judiciaire à ces expressions d’incitation à la haine et aux injures racistes par un dépôt de plainte soutenu par tous les membres du groupe politique. C’est ensemble qu’on ne doit rien laisser passer et c’est ensemble qu’il faut agir, d’autant que la question du racisme ne concerne pas que la victime. Elle relève d’une responsabilité collective», a-t-elle ajouté.

Un cabinet d’avocats a été désigné pour mener à bien la procédure.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.