«Si t’as des couilles, ralentis!»: le quartier Louis Bertrand manifeste tout le week-end après qu’un chauffard a renversé un enfant de 2 ans sur un passage piéton

L’automobiliste qui a renversé un enfant de deux ans ce 29 mai à Schaerbeek a reçu une convocation à comparaître en juin prochain devant le tribunal correctionnel. Dans le quartier, les riverains ont manifesté tout le week-end.

«Si t’as des couilles, ralentis!»: le quartier Louis Bertrand manifeste tout le week-end après qu’un chauffard a renversé un enfant de 2 ans sur un passage piéton

L’automobiliste qui a renversé un enfant de deux ans, vendredi soir vers 20h15, rue Kessels à Schaerbeek, a reçu une convocation à comparaître le 19 juin prochain devant le tribunal correctionnel en procédure accélérée, a indiqué dimanche le porte-parole du parquet de Bruxelles Denis Goeman. L’enfant avait été transporté en urgence à l’hôpital. Ses jours ne sont cependant pas en danger.

Il a voulu prendre la fuite

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’automobiliste aurait voulu prendre la fuite et aurait été maintenu sur les lieux par des riverains. Il a par la suite été confié à la police. L’homme a été privé de sa liberté jusqu’à sa comparution samedi devant le procureur du roi. À l’issue de son audition, ce dernier lui a remis une convocation à comparaître devant le tribunal correctionnel.

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête à la suite de l’accident. Les images des caméras de surveillance vont être visionnées pour essayer de déterminer les circonstances exactes des faits. Une enquête de voisinage doit également être effectuée. «Il y aurait des rodéos (NDLR. des courses de voitures) dans le quartier selon le comité des riverains, mais cela ne veut pas dire que c’est ce qui s’est passé hier», avait commenté samedi Denis Goeman. Les circonstances des faits doivent encore être établies.

«Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il y ait des morts»

Dans le quartier, les riverains sont excédés. Plusieurs appels à manifestations ont été très suivis durant ce long week-end du 29 mai au 1er juin. Ils se sont rassemblés dans le bas de la rue Kessels, qui abouti sur une placette de l’avenue Louis Bertrand, à la pointe du parc Josaphat.

«Depuis des années, les habitants du quartier, soutenus par notre collectif, se plaignent des rodéos dans ce quartier», résume le collectif d'activistes 1030/0 sur sa page Facebook. Pour rappel, ce collectif s'est fédéré en janvier 2018 à la suite des nombreux accidents mortels déplorés sur Schaerbeek. «Depuis quelques semaines, le problème prend de l'ampleur. La nuisance est énorme pour tout le quartier. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'il y ait des morts. La police a intensifié les contrôles et constate avec nous que le nombre d'excès de vitesse est très élevé. Mais ces contrôles ne sont manifestement pas suffisants pour mettre fin au problème. Pendant des années, la commune a promis des interventions structurelles, mais rien n'a été fait», déplore encore le collectif.

Ainsi, trois soirs de suite au carrefour Kessels-Louis Bertrand, des dizaines d’enfants et d’adultes se sont rassemblés pour réclamer ces aménagements. Des sit-in se sont improvisés à même la chaussée et des slogans ont été dépliés. Sur les pancartes, on a notamment pu lire «Si t’as des couilles, ralentis!», «La rue Kessels n’est pas une autoroute», «Sauvez notre Schaerbeek»... Une immense banderole rappelant la limitation à 30km dans ces rues a aussi été étendue entre les façades à l’embouchure de la rue Kessels.

Depuis des années, les habitants de la rue Kessels demandent des mesures pour calmer la circulation. Après le crash d'...

Posted by 1030/0 on Saturday, May 30, 2020

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.