Coronavirus: un hôtel de 46 chambres ouvert pour 70 sans-abri à Schaerbeek

La Commune de Schaerbeek ouvre un hôtel de 46 chambres pour les sans-abri. Durant le déconfinement, 70 femmes, hommes et enfants pourront y loger.

Coronavirus: un hôtel de 46 chambres ouvert pour 70 sans-abri à Schaerbeek
Le coronavirus complique encore plus la vie des personnes sans-abri. (Illustration) ©AFP

Le déconfinement ne signifie pas la fin des problèmes pour les personnes sans abri. Se nourrir, dormir ou simplement se reposer restent d’épineux problèmes lorsqu’on n’a pas de chez soi, en ces temps de distanciation sociale.

C’est dans ce contexte que Schaerbeek annonce la «mise à disposition» d’un hôtel: 70 sans-abri y seront hébergés gratuitement «même après le début du déconfinement». L’établissement y consacre «la totalité de ses 46 chambres récemment remises à neuf». L’opération est réalisée en collaboration avec la COCOM, la plateforme régionale d’appui au secteur de l’aide d’urgence Bruss’help et le New Samusocial. En outre, des repas seront fournis par la Commune et par l’ASBL les Gastrosophes.

«Femmes, hommes et familles y trouveront calme et sérénité jusqu’au 30 juin au moins», se félicite Thomas Eraly, Échevin schaerbeekois du Logement (Écolo), qui insiste sur «l’encadrement et le suivi psycho-médico-social de l’asbl New SamuSocial».

Alain Maron, Ministre bruxellois de la Santé et l’Action Sociale (Écolo), explique que «cette capacité d’accueil supplémentaire porte à près de 800 places la capacité mobilisée en urgence sur l’ensemble des communes bruxelloises». Mais à côté de ces mesures d’urgence temporaires, Maron assure qu’il planche aussi pour «une stratégie globale et la mise en place de mesures long terme permettant de basculer vers une logique structurelle d’accès au logement pour tous».

Quant à Cécile Jodogne, elle salue encore une fois la «solidarité» de sa commune. Rappelant l’instauration de son call center et le lancement du hub alimentaire, la Bourgmestre de Schaerbeek (DéFI) souligne que «les autorités communales ne veulent n’oublier personne. Les règles de confinement obligent chacun d’entre nous à rester chez soi. Mais comment rester chez soi quand on n’a pas un toit? Ce dispositif est une réponse concrète».