Anderlecht instaure 2km de zone apaisée à Cureghem: «Sortir tout en respectant la distanciation sociale»

Difficile de respecter la distanciation sociale quand on vit à 20.000 au km2. C’est le cas à Cureghem, où les tensions ont mené aux émeutes qu’on sait. Alors Anderlecht y instaure une «zone apaisée» de 2 km. Piétons et cyclistes y ont la priorité sur des voitures limitées à 20km/h.

Julien Rensonnet
Anderlecht instaure 2km de zone apaisée à Cureghem: «Sortir tout en respectant la distanciation sociale»
La zone apaisée anderlechtoise ira du square de l’Aviation à la place du Conseil (photo). Les voitures peuvent continuer à y circuler et y stationner, mais selon des règles strictes. ©BELGA

- Des premières mesures de confinement ont été décidées pour la Belgique le 12 mars. Les mesures ont été renforcées à partir du 18 mars puis prolongées le 27 mars jusqu'au 19 avril.

+ QUIZ | Permis ou interdit? Le confinement en 10 questions

- Au niveau politique, Sophie Wilmès a prêté serment le 17 mars pour un gouvernement de pouvoirs spéciaux.

- Numéros utiles: tous les ressortissants belges qui se retrouvent coincés dans un pays étranger peuvent contacter le call center du SPF Affaires étrangères au 02/501.40.00 (de 9h à 20h, heure belge). Pour tout autre question, afin de désengorger les postes de garde de médecine générale, une ligne spéciale a été mise en place: 0800/14 689 (entre 8h et 20h).

- Mais aussi:le site web www.info-coronavirus.bele et le compte Twitter du SPF Santé.

+ VIDÉO | Coronavirus: un spot pour rappeler les mesures de prévention

+ LIRE AUSSI | 36 réponses à des questions concrètes sur le coronavirus

+ LIRE AUSSI | 12 précautions pour faire vos courses

+ DOSSIER | Tous les infos sur le coronavirus

«Il est nécessaire de créer plus d’espaces publics pour permettre aux habitants de sortir de chez eux tout en respectant la distanciation sociale»: c’est ainsi que Suzanne Müller-Hübsch, échevine anderlechtoise de la Mobilité (Groen), justifie ce qui restera à Bruxelles comme la première tentative «d’urbanisme tactique» d’envergure (lire cadrée) de cette crise du coronavirus. Soit 2 km de voiries «apaisés» où la voiture peut encore circuler mais où piétons et cyclistes sont presque rois.

Avec plus de 20.000 habitants dans son petit périmètre, le quartier de Cureghem à Anderlecht fait partie des plus denses de Bruxelles. D’après l’IBSA, on compte autour de la place Bara 20.687 habitants par km2. Ce score place le quartier entre petite ceinture et gare du Midi au 12e rang bruxellois, loin devant la moyenne régionale de 7440 habitants au km2. Un peu plus loin, dans le quartier des vétérinaires, on flirte avec les 15.000 habitants au km2. Dans le même temps, ce ne sont pas vraiment les espaces verts qui se font remarquer dans le quartier. L’indice de l’IBSA comptabilisant la part de population vivant à proximité d’un espace vert (2012) y est de 58%, soit là aussi l’un des plus défavorables de Bruxelles.

La voiture reste autorisée

On ne s’étonne donc pas que la Commune d’Anderlecht décide, en collaboration avec Bruxelles Mobilité, de mettre en place à Cureghem la première «place système» pour «améliorer l’accessibilité des espaces publics durant la crise de Covid-19». Il imite le concept du «parc système» qui relie déjà plusieurs espaces verts anderlechtois.

Cette «zone de rencontre provisoire» triangule le square de l’Aviation voisin du SamuSocial, la station de métro Clémenceau et la place du Conseil en transitant par le square Robert Pequeur. Au total, cet «espace public pour les piétons et cyclistes» en phase de test couvre 2km de rues. On est encore loin ici des 120km de rues piétonnes et cyclistes créées à Oakland, en Californie, puisque la circulation des voitures y reste permise à 20km/h et leur stationnement autorisé. Ceci dit, l’intention est la même: «permette aux habitants d’investir l’espace public dans le quartier» tout en se pliant à la distanciation sociale.

Le dispositif «place système» du quartier Cureghem à Anderlecht.
Le dispositif «place système» du quartier Cureghem à Anderlecht. ©Commune d’Anderlecht

«Apaiser les esprits» aussi

Il faut également voir dans la concrétisation de cette zone apaisée «une première réponse aux habitants du quartier qui ont été touchés par les événements du week-end du 11 et 12 avril». Rappelons-le: suite au décès d’Adil lors d’une intervention de police, tout Cureghem s’était retrouvé en proie à des émeutes opposant les jeunes aux forces de l’ordre. «La zone de circulation réduite permet d’envoyer un signal», confirme le Bourgmestre Fabrice Cumps (PS): «apaiser les esprits, agir rapidement et montrer que la Commune soutient les citoyens de Cureghem en ces temps difficiles de confinement dans un quartier densément peuplé».

L’espace public est vaste autour de Clémenceau mais les rues adjacentes sont denses.
L’espace public est vaste autour de Clémenceau mais les rues adjacentes sont denses. ©BELGA

Concrètement, les rues concernées seront donc ouvertes aux piétons: ceux-ci peuvent désormais y circuler sur la voirie. Pour forcer les automobilistes à respecter la «zone de rencontre», les chicanes seront dessinées via des bacs à fleurs. Panneaux et marquages rappelleront les mesures. Une première partie du réseau apaisé sera mise en place prochainement sur le square de l’Aviation, le square Robert Pequeur et la rue Brogniez entre la rue Otlet et la rue de Fiennes. Suivront la zone autour du métro Clémenceau et la Place du Conseil.

«Hormis le contexte particulier de crise sanitaire, ce “Place Système” s’inscrit également dans la stratégie que la Commune s’est donnée en termes de mobilité pour cette législature», souligne Suzanne Müller-Hübsch. «Apaiser les quartiers, réduire le trafic de transit, donner priorité à la sécurité routière et créer plus d’espace public, tout cela se fait aujourd’hui à Cureghem, mais représente notre approche générale pour l’avenir d’Anderlecht»