«Avec Top Woman, je revis»

Le moins que l’on puisse dire c’est que «Top woman», c’était une aubaine pour Gwenaëlle Durant. Celle qui s’est inscrite avec pour but essentiel de s’affranchir figure finalement parmi les finalistes. Au départ, elles étaient 1 000. Elles ne sont plus que 55!

Johanne TINCK
«Avec Top Woman, je revis»
©MAC Photography

Voici un an, Gwenaëlle Durant, aujourd'hui âgée de 38 ans, se trouvait dans une période creuse. «J'ai fait un burn-out. Je ne sais pas exactement si les causes étaient privées ou professionnelles ou les deux… J e suis allée voir une psy. Elle m'a dit que je devais penser à moi, faire des siestes. Comme je suis dynamique, des siestes, je n'en ai pas fait beaucoup. Mais, j'ai appris à penser à moi ». Ainsi, Gwenaëlle a dessiné et écrit. En est sorti un bouquin autoédité. «Ma liberté, envers épié» c'est un livre de poésies et de dessins» (Amazone). Mais ce n'est pas tout… Après avoir vu défiler des pubs pour le concours Top Woman, la Brainoise a décidé de passer le cap. «Je me suis inscrite non pas dans le but de gagner mais bien de franchir mes peurs, ma timidité… Et j'avoue que je suis fière de moi… puisque je suis en finale». Alors qu'il y avait 1 000 candidates inscrites, il n'en reste plus que 55 pour le grand jour à la mi-mai. «Je vais affronter cette finale comme la demi et l'autre sélection. Je vais juste tenter de me surpasser. En plus, à l'occasion de la finale, nous devrons prendre la parole. Grâce à cette expérience, j'ai l'impression de revivre. Je prends de l'assurance. Je me suis fait des copines.» Et cette finale, elle aura justement lieu le jour de la fancy-fair de son école. «J'ai déjà prévenu les parents que je ne serai pas là ce jour-là mais ce n'est pas pour ça que je lâche mes loulous. Je préparerai tout avec eux »