Joël Pêcheur, fondateur du Delirium Café, quitte le célèbre bar aux 2000 bières

Joël Pêcheur, qui a fondé le Delirium Café en 2003, annonce ce 31 août qu’il quitte le bar. Il se dit «en désaccord» avec ses associés. En 15 ans, Pêcheur a contribué à donner un retentissement mondial au petit éléphant rose qui orne son enseigne, et la bière qui porte son nom.

J. R.
Joël Pêcheur, fondateur du Delirium Café, quitte le célèbre bar aux 2000 bières
Joël Pêcheur a contribué à rendre célèbre la bière à l’éléphant rose dont l’étiquette orne aussi l’enseigne du Delirium Café, au centre de Bruxelles. ©EdA - J. R.

Joël Pêcheur, fondateur du fameux Delirium Café, annonce qu'il quitte le bar aux plus de 2000 bières à la carte. Ce passionné de mousse explique ce départ par «un désaccord» avec ses associés de longue date, Fabienne Charles et Jean De Laet, de la brasserie Huygue. Celle-ci embouteille notamment la bien connue Delirium Tremens dont le logo à l’éléphant rose est aussi celui du café bruxellois fondé en 2003.

«C’est avant tout pour préserver ce qui a été construit, année après année, que Joël Pêcheur a décidé de quitter le Delirium», nous annonce un communiqué de presse. «Joël déplore la politique de gestion commerciale et du personnel tout comme le marketing, et “pour ne pas gâcher le Delirium”, il décide de partir à la veille du week-end des brasseurs». Celui-ci aura lieu du 7 au 9 septembre.

Joël Pêcheur a lancé le Delirium en 2003 après avoir participé à la fondation du Moeder Lambic de Saint-Gilles. Très vite, le café de la petite impasse de la Fidélité acquiert une renommée mondiale l’année suivante grâce à un «coup» imparable: le record de 2004 bières à la carte homologué par le Guinness Book. Ce record a d’ailleurs été battu lors des 10 ans de l’institution avec un total de 3162 étiquettes différentes.

Depuis, le Delirium a essaimé son concept partout dans le monde alors qu’à l’initiative des fondateurs, l’impasse de la Fidélité a vu s’ouvrir d’autres bars thématiques: rhums, absinthes, whiskys, IPA ou bières d’abbaye ont désormais leurs propres adresses. Le succès est au rendez-vous, surtout grâce aux touristes dont aucun guide n’omet la célèbre halte brassicole du quartier Unesco. Ils sont 3000 visiteurs à y commander leur bière chaque week-end. Le chiffre d’affaires du Delirum, qui emploie 60 personnes, s’élevait ainsi à 5 millions d’euros en 2013, lors de ses 10 ans.

Pêcheur n’étant pas né de la dernière pluie, il s’en va en annonçant déjà «un nouveau projet».