Culture pour toutes et tous!

À la direction du Centre culturel boussutois depuis 2016, Lolita Demoustiez ne veut pas y jouer à la patronne. Pour elle, la clé du succès se trouve dans l’esprit d’équipe. Au sein de l’institution, mais aussi entre les différents centres de la région. Et au diable l’esprit de clocher!

Jidel
Culture pour toutes et tous!
©ÉdA

«Dans l'entité, notre but est de fédéraliser toutes les initiatives en allant à la rencontre de tous les publics. Nous voulons aussi privilégier les partenariats en sortant de nos murs! Ainsi, parallèlement à nos infrastructures traditionnelles, nous proposons des événements dans d'autres lieux, comme les installations de «Ça brasse pour moi!» Le public répond présent, la commune nous laisse carte blanche et grâce au label Demain Mons Borinage, une synergie commune anime les différents centres culturels de la région. On peut donc parler d'un nouveau dynamisme où la solidarité et la complicité ont effectivement remplacé l'esprit de clocher». On ne peut que s'en réjouir quand on se souvient que dans d'autres domaines de la vie citoyenne, les politiques menées sont plutôt celles du nombrilisme… Mais notre interlocutrice reste néanmoins lucide dans son optimisme: «C'est motivant de constater que nos efforts sont récompensés puisque désormais on est obligé de refuser du monde à certaines manifestations. Mais malheureusement on nous annonce un nouveau Décret où le carcan administratif risque de brider l'esprit créatif! Enfin, plutôt que de rogner dans les subsides attribués à la culture, il faudrait se souvenir qu'elle reste un bon moyen de rapprocher les générations et de renouer le contact direct avec les autres!» De façon plus diversifiée et plus durable qu'un match de foot retransmis ponctuellement sur écran géant…