Avec son drone, la police boraine aura un œil depuis le ciel

La zone de police boraine est la première zone hennuyère à s’équiper d’un drone. Sa première sortie est prévue d’ici 10 jours, lors du Summer Music Festival à Boussu.

Ugo Petropoulos
Avec son drone, la police boraine aura un œil depuis le ciel
Le drone de la police boraine est arrivé. Il sera de sortie d’ici une dizaine de jours. ©Zone de police boraine

En mars 2017, le conseil de zone de la police boraine validait l’achat d’un drone et décidait de consacrer 25.000 euros pour cela. Un investissement coûteux, certes, mais cet outil multifonctions pourrait s’avérer utile dans plusieurs des missions de la police locale, ont estimé les responsables.

«Il peut être utilisé pour le travail d'enquête, le maintien de l'ordre, pour rechercher des personnes disparues ou réaliser des photos aériennes. De plus, il permet de réagir très vite et en toute autonomie, sans attendre le décollage d'un hélicoptère dont le coût est bien plus élevé», justifie la direction de la zone de police.

En plus de l’investissement matériel, il ne faut pas négliger l’investissement humain: ne s’improvise pas pilote de drone qui veut et il a fallu former des agents pour le maniement de l’engin. Vu sa complexité et son coût, pas question de laisser n’importe qui faire mumuse avec… Oubliez les drones amateurs à cinq sous, il s’agit ici d’une bête pesant six kilos, comptant huit moteurs, pouvant voler à 80 km/h et atteindre 90 mètres d’altitude.

Une «team drone» de 5 personnes

Une «team drone» a donc vu le jour, composée de cinq personnes qui toutes ont suivi des cours théoriques et pratiques s’étalant sur plusieurs semaines à l’issue desquelles un brevet est délivré après examen. Cette formation est destinée à usage professionnel des drones. Elle est principalement suivie par des cameramen pros, des policiers mais aussi par des agriculteurs, des géomètres…

Les cinq personnes composant l’équipe drone sont toutes déjà férues de pilotage en tout genre et elles se sont portées volontaires pour rejoindre la nouvelle équipe.

Cette dernière est actuellement composée d’un chef de service en la personne d’un inspecteur principal qui a pour loisir de piloter des ULM et de deux inspecteurs de police qui sont tout deux pilotes formés et brevetés, et passionnés d’aviation en tout genre. Deux cadreurs, membres civils de la Police Boraine, complètent l’équipe. L’un possède des drones pour un usage privé et l’autre vidéaste amateur.

Chaque sortie du drone fera l’objet d’une analyse préalable: son utilisation est-elle pertinente dans tel cas de figure, le terrain s’y prête-t-il, une équipe est-elle disponible, les conditions météorologiques le permettent-elles…? Actuellement, une première sortie est déjà programmée: la surveillance du Summer Music Festival, qui se déroulera dans le parc du château de Boussu du 10 au 12 août.

Avec son drone, la police boraine aura un œil depuis le ciel
©Zone de police Boraine