Remodeler habilement la matière

Éprise d’art créatif depuis toujours, Pascaline Oury s’est initiée à la sculpture il y a dix ans. Aujourd’hui, forte d’une cinquantaine d’œuvres remarquables, elle vient de développer une méthode de travail du Plexiglas qu’elle a baptisée «Pictoplex».

Nicolas LAHAUT
Remodeler habilement la matière
©EdA - 302507052219

Le hall d'entrée marbré de la demeure mozetoise a des allures certaines de galerie d'art. Délicatement posés sur des socles gris, l'on distingue un jeune écolier coulé dans le bronze, par-ci, un astre bétonné en équilibre sur une goutte d'eau, par-là. Ici, la maîtresse des lieux et l'artiste les ayant joliment vêtus se confondent. Elle se nomme Pascaline Oury et l'on ne galvaudera aucun terme en lui reconnaissant un talent certain. «Ce que j'aime, c'est varier les différentes disciplines qui cohabitent dans le monde de la sculpture», explique cette professionnelle de l'immobilier qui, de son propre aveu, consacre un temps croissant à ses activités artistiques. «J'ai toujours eu un penchant pour la chose créative: je dessine, je bricole, j'ai écrit un livre. La sculpture, ça m'a pris il y a une dizaine d'années. J'ai suivi des cours privés à Bruxelles. Ça m'a permis d'enfanter mes premières réalisations, en bronze, en béton. Mais c'est un second professeur qui m'a offert la technique suffisante pour évoluer vers un travail plus stylisé et contemporain.»

Depuis peu, Pascaline s'est lancé un nouveau défi: celui du Plexiglas. Baptisé Pictoplex, le procédé qu'elle a elle-même développé lui permet d'esquisser numériquement des formes qui seront découpées au laser, peintes, recouvertes de Plexi liquide et disposées en une jolie fresque. «J'ai réalisé une première œuvre couverte de papillons. La suite arrive!»