L’agent Verhaegen dans les «busmes» de la STIB pour contrôler ces «pourritures de fraudeurs»

Tremblez, fraudeurs! Car l’agent Verhaegen a été engagé pour contrôler les tickets à la STIB. En fait, le sketch du comédien Pablo Andres fait partie de la campagne du réseau bruxellois contre la fraude. Qui coûte bonbon, bien plus qu’un concert d’Helmut Lotti.

J. R.

«Eh chef, si tu t’amuses à frauder: tu sais ce qui va se passer si j’t’attrape?

+ Petit A: je coupe tes petites roubignoles, je les fais frire avec des petits oignons pour les ajouter à mon hachis parmentier;

+ Petit B: je te tire par les oreilles, obligé de te gronder, un suppo et au lit;

+ Petit C: j’te fais écouter en boucle l’album de Jul».

Gare aux fraudeurs! L’agent Verhaegen est monté en grade: il a quitté la police (momentanément) pour un intérim à la STIB. En tant que «High Responsible Chief International Security, il patrouille désormais dans «les busmes» et les trams du réseau bruxellois pour «coller des amendes au derrière des pourritures de fraudeurs». Et ces sentences, surtout la dernière, nous semblent terribles!

+ INTERVIEW | Pablo Andres: «On déteste quand un Français imite un Belge car on voit qu'il nous connaît pas»

+ VIDÉO | Pablo Andres « prépare » la Coupe du Monde avec Hazard et Meunier

«Pas envie de payer votre voyage? Attendez de voir le prix des amendes»

Verhaegen avec le carnet à douloureuses dans les couloirs du métro, ça pourrait conférer au cauchemar. Heureusement, ce n’est qu’un gag orchestré par la STIB et le comédien Pablo Andres pour la dernière campagne contre la fraude dans les transports bruxellois. Avec cet humour comme on l’aime, ce dernier doit faire passer le message: l’addition peut-être lourde si vous «oubliez» de valider votre ticket. «Pas envie de payer votre voyage? Attendez de voir le prix des amendes», scande le slogan qui s’affiche durant un mois dans les arrêts et stations de la STIB. Et plus précisément jusqu’à 408€! Gloups!

L’amende varie de 107 à 408€ si vous fraudez dans les transports bruxellois.
L’amende varie de 107 à 408€ si vous fraudez dans les transports bruxellois. ©STIB

Le gestionnaire du réseau menace avec les chiffres, suggérant que le fraudeur se fera tôt ou tard coincer. «En 2016, les agents de la STIB ont procédé à 1,4 million de contrôles de titres de transport sur l’ensemble du réseau et dressés 59.000 PV». De quoi mesurer une augmentation des fraudes: de 3,63% en 2015 à 4,15% en 2016. La STIB y voit «un manque à gagner alors que cette somme pourrait être investie dans les nombreux projets en cours pour développer le réseau».

La STIB estime aussi que valider son ticket est «une question d’équité et de respect». Et de développer: «Un titre de transport en ordre, c’est aussi respecter les centaines de milliers d’autres voyageurs qui ne fraudent pas. Assurer 1 million de voyages chaque jour, cela a un coût. En matériel, infrastructures, personnels. Ce coût est en partie financé par les utilisateurs». Conclusion limpide: «Les fraudeurs comptent donc sur les voyageurs en règle pour financer leurs déplacements, ce qui n’est pas équitable».

Acheter c’est bien, valider c’est mieux

Enfin, le gestionnaire du réseau rappelle que l’acte de validation du titre lui-même, en plus de son achat, lui permet de mieux calibrer son service, tant sur ses lignes que sur ses horaires. Et aussi de percevoir de la Région les financements nécessaires, notamment concernant les abonnements scolaires, 65+ ou sociaux.

L’argent que Verhaegen escompte récupérer n’ira donc pas dans «un concert d’Helmut Lotti dans la station Schumann». On est soulagé: on n’était pas sûr que ça encouragerait tous les fraudeurs à faire biper la Mobib.