Un suspect inculpé dans le cadre des attentats de mars 2016 à Bruxelles

Uun nouveau suspect en lien avec les attentats ayant fait 32 morts dans le centre et à l’aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016 a été inculpé. L’annonce a été faite par le parquet fédéral mercredi sans préciser son rôle présumé.

Un suspect inculpé dans le cadre des attentats de mars 2016 à Bruxelles

Le suspect de nationalité belge, âgé de 39 ans, est identifié comme «Brahim T.».

Il est inculpé de «participation aux activités d’un groupe terroriste, assassinats dans un contexte terroriste, tentatives d’assassinats dans un contexte terroriste, comme auteur, coauteur ou complice», a indiqué le parquet dans un bref communiqué.

Le parquet fédéral avait confirmé qu’une dizaine de perquisitions ont été menées ce lundi en région bruxelloise dans le cadre du dossier ouvert à la suite des attentats de Bruxelles et Zaventem. Plusieurs personnes avaient été privées de liberté et emmenées pour audition approfondie.

Brahim T. comparaîtra dans les cinq jours devant la chambre du conseil de Bruxelles. Aucune autre information ne sera communiquée dans l’intérêt de l’enquête en cours.

Le 22 mars 2016, trois kamikazes s’étaient fait exploser à l’aéroport international de Zaventem et dans le métro de la capitale belge, faisant 32 morts. L’enquête a montré qu’ils appartenaient à la même cellule que celle qui avait semé la mort à Paris le 13 novembre 2015, dans des attaques coordonnées qui avaient fait 130 morts.

Jusqu’à présent, neuf hommes ont été inculpés dans l’enquête sur les attentats de Bruxelles, dont Mohamed Abrini et Osama Krayem, un Belge d’origine marocaine et un Suédois d’origine syrienne qui sont par ailleurs accusés d’avoir participé à la préparation des attaques de Paris.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.