Quid si le viaduc Herrmann-Debroux fermait définitivement? Le «trafic déduit» évaporerait 10% des automobilistes

Le whisky a sa part des anges, le trafic à son évaporation. Celle-ci résulte de la réduction de la capacité automobile des infrastructures routières d’une ville. L’urbaniste et économiste des transports Frédéric Héran l’appelle «trafic déduit». Le Français y voit le salut des centres urbains, où l’emprise de la voiture est «inouïe». La fermeture du viaduc Herrmann-Debroux pourrait là être un prétexte à saisir.

Quid si le viaduc Herrmann-Debroux fermait définitivement? Le «trafic déduit» évaporerait 10% des automobilistes
Selon le chercheur Frédéric Héran, la question de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux doit se poser. En quelque sorte selon lui, «l’occasion fait le larron» et ses utilisateurs pourraient progressivement s’habituer à s’en passer «en douceur». ©Photo News
Julien Rensonnet

Suivre @JulienRENSONNET