Close défend le «temple de la Bière» à la Bourse: «Pourquoi les Français peuvent-ils être si fiers de leur vin et pas nous de nos bières?»

La Bourse convient-elle pour héberger le «temple de la bière» voulu par la Ville? Alors que la commission de concertation se rapproche, le Bourgmestre Close maintient le cap, malgré les critiques de l’opposition et des riverains.

Close défend le «temple de la Bière» à la Bourse: «Pourquoi les Français peuvent-ils être si fiers de leur vin et pas nous de nos bières?»

A l’approche de la commission de concertation sur le projet d’un musée de la bière à la Bourse, les conseillers communaux bruxellois Joëlle Milquet (CDH) et Fabian Maingain (DéFI) ont relayé au conseil communal de lundi soir les oppositions citoyennes qui se sont manifestées.

Joëlle Milquet a entre autres estimé que le patrimoine du lieu méritait une affectation culturelle ou plus symbolique, qui aurait été mieux accueillie. Elle regrette que cette possibilité ait été si rapidement écartée. Elle a ajouté que le projet sur la bière aurait été mieux perçu dans un autre lieu.

Fabian Maingain a questionné la place donnée aux microbrasseries en plein développement et les inquiétudes urbanistiques avec la création d’une nouvelle entrée. Entre les oppositions au piétonnier sous le précédent bourgmestre et celles à l’encontre du projet sur la bière à la Bourse, ce dernier a soulevé l’importance à l’avenir d’inclure les citoyens dès l’élaboration des choix pour les projets majeurs et centraux.

+ LIRE AUSSI | Permis déposé pour le « temple de la bière »

+ PHOTOS | Ce que vous verrez au temple de la bière: «De la Cara Pils à la Westvleteren»

Close défend le «temple de la Bière» à la Bourse: «Pourquoi les Français peuvent-ils être si fiers de leur vin et pas nous de nos bières?»

Un musée? «Trop complexe»

Le bourgmestre Philippe Close a commencé par rappeler que le rachat par la Ville de la Bourse a permis de la rendre accessible aux citoyens, notamment par l’organisation de grandes expositions temporaires. Il a expliqué que la mise aux normes pour un musée a été jugée trop complexe. L’actuel projet est financé par l’Union des brasseurs belges, l’Europe (Fonds FEDER), le Fédéral, la Région et la Ville. Une pièce sera consacrée aux brasseurs bruxellois. Sans citer de lieu emblématique à Paris réservé au vin, Philippe Close s’est demandé «pourquoi les Français devraient être si fiers de leur vin et nous ne serions pas fiers de nos bières?»

Sur l’aspect urbanistique, le bourgmestre a noté que la création de l’entrée sur le coin sera réversible, car les pierres seront préservées. «Si vous voulez que le passage de la nef soit central et gratuit, vous devez pouvoir gérer vos flux de visiteurs puisqu’on attend entre 300.000 et 350.000 visiteurs sur l’expérience autour de la bière belge.» La toiture que les architectes proposent d’enlever n’était pas dans les plans d’origine du concepteur du bâtiment. L’accès au toit sera gratuit.

Le projet sur la bière belge (3.500 m2) occupe entre un tiers et un quart du bâtiment, dont la superficie totale est comprise entre 11.000 et 12.000 m2. Philippe Close s’est dit ouvert à un débat sur les futures affectations de l’espace restant.

«Un tourisme festif»

Close défend le «temple de la Bière» à la Bourse: «Pourquoi les Français peuvent-ils être si fiers de leur vin et pas nous de nos bières?»

L’enquête publique sur le projet de transformation de l’édifice de l’ex-bourse de Bruxelles s’est achevée le 29 septembre. 75 demandes d’audition lors de la réunion de la commission de concertation prévue le 11 octobre ont été introduites, dont celles de la Plate-forme Pentagone et du comité Tervueren-Montgomery.

Rappelons que la transformation projetée consiste essentiellement en la création d’un passage public au rez-de-chaussée de l’édifice pour créer une liaison plus directe entre la place de la Bourse à la Grand-Place, et en l’aménagement d’un centre dédié à la bière belge, à l’étage.

Les associations de riverains en questions estiment que le projet portera atteinte à la valeur patrimoniale de l’édifice classé. Elles jugent que l’aménagement d’un «temple de la bière» ne vise autre chose qu’une opération commerciale visant uniquement au développement «en centre-ville d’un tourisme festif avec toutes les nuisances et les débordements que l’on peut anticiper».

Une pétition initiée par la plate-forme Pentagone a jusqu'ici réuni 5.600 signatures contre le projet.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.