Un arbitre qui a la frite!

Sans eux, il n’y aurait plus de matches de foot et pourtant ils sont nettement moins connus que les stars du ballon rond: les arbitres! Rencontre avec l’un d’entre eux: Cédric Debled. Derrière ses friteuses de Mister Patate ou avec son sifflet, le même souci du travail bien fait!

Jidel
Un arbitre qui a la frite!
©ÉdA

Il nous explique: «Depuis mon enfance et jusqu'à ma trentaine, j'ai moi-même joué au foot des deux côtés de la frontière. Puis, à 33 ans, on m'a proposé de passer à l'arbitrage. Et j'ai alors suivi la filière de formation de la Fédération». Avec d'abord des débuts avec les plus petits. «Avec eux c'est le plaisir de jouer» se souvient-il avant d'ajouter: «Dommage que le comportement de certains parents n'incite pas toujours au fair-play». Ensuite Cédric est monté dans les catégories d'âge pour se retrouver, enfin, arbitre en P 1. Ce supporter d'Anderlecht insiste: «Les mauvais moments sont rares. À force, on connaît tout le monde, sur et en dehors des terrains. Par exemple plusieurs joueurs que j'arbitre fréquentent ma friterie de Saint-Ghislain. On peut même être copain avant et après le match. Mais jamais pendant. Ceci dit, cela ne sert à rien de jouer les shérifs sur un terrain: il faut faire preuve d'autorité mais avec tact. Et toujours privilégier la communication, le dialogue». L'expérience de joueur puis de referee amène notre interlocuteur à conclure: «Il faut saluer le boulot accompli le plus souvent par des bénévoles dans les clubs provinciaux. La concurrence des grands clubs fait que les sponsors deviennent rares. Chaque dimanche, je rencontre des gens qui consacrent des heures de leurs temps libres pour que des gosses, des ados et des adultes jouent au foot! Sans eux, il n'y aurait plus de matches!» Idem pour les arbitres…