Du temps pour l’école

Laurence Gijs aime son village ainsi que le Sacré-Coeur, l’école de ses enfants. Un établissement scolaire qu’elle connaît bien. Elle y a aussi été élève tout comme sa maman et sa grand-mère. Désormais, elle y assure la fonction de vice-présidente de l’association des parents.

Johanne TINCK
Du temps pour l’école
©ÉdA

Laurence Gijs est Écaussinnoise d'origine. La responsable de la communication d'une grande entreprise d'assurance y a été scolarisée, plus précisément au Sacré-Cœur. Ses deux filles, Margaux, 5 ans et Charlotte, deux ans et demi y sont aussi inscrites tout comme l'ont été, en son temps, la maman et la grand-mère de Laurence. «Il est évident que je suis attachée à cette école où j'ai de nombreux souvenirs », reconnaît l'Écaussinnoise qui exerce, désormais, les fonctions de vice-présidente de l'association des parents de l'établissement scolaire. «Nous sommes une vingtaine au sein du comité. Notre objectif est d'organiser des activités en vue de récolter des fonds pour l'organisation d'activités extrascolaires ou encore pour l'achat de matériel.» Parmi les gros événements de l'année: le souper spaghetti du mois d'octobre qui, cette année, aura lieu le 7. «Le principe au sein de notre association est de donner le temps que l'on a en fonction de nos vies personnelles. On n'en voudra, par exemple, pas à quelqu'un qui ne peut assister à une réunion et ce même si nous n'en avons que deux-trois au cours de l'année, sans compter celles nécessaires à l'organisation des événements.» Ce temps consacré à l'école de ses enfants réjouit Laurence. «C'est une manière de montrer que je m'investis, tout comme les autres membres, pour un lieu où elles passent beaucoup de leur temps. Cela me permet aussi de leur montrer que je m'intéresse à leur école différemment