«C'est pas d'la carotte»: éloge de l'insouciance sous la tente

Le festival «C'est pas d'la carotte» renoue avec l'insouciance. Souvenirs et immersion depuis une tente.

Pierre PAULUS
«C'est pas d'la carotte»: éloge de l'insouciance sous la tente
C'est pas d'la carotte ©EdA

Dimanche matin. Lendemain de veille sur la plaine du festival«C'est pas d'la carotte», niché au Mont-Falise, sur les hauteurs de Huy. La lumière de l'aube transperce la toile de la tente. L'humidité du sol est palpable. Au loin, quelques voix annoncent le petit-déjeuner qui attend les festivaliers rescapés. Avec dans les bottes deux jours de spectacles, musicaux et féériques, dans une ambiance pacifique. Grâce à des mesures de sécurité à peine visibles, le festival parvient à renouer avec une dimension souvent perdue dans de nombreux autres rassemblements du même acabit: l'insouciance.