MISE À JOUR | Incendie au château de Chokier: les trains roulent à nouveau entre Huy et Liège

La circulation des trains a été interrompue lundi matin peu avant 6h00, sur ordre des pompiers, sur la dorsale wallonne entre les gares de Huy et de Liège-Guillemins. Peu avant 8h, celle-ci reprenait mais de gros retards étaient observés.

MISE À JOUR | La circulation a repris, mais de gros retards sont enregistrés

La circulation des trains a repris lundi vers 7h30 sur la dorsale wallonne entre les gares de Huy et de Liège-Guillemins, indique Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel. Elle avait été interrompue en raison d'un incendie survenu au Château de Chokier.

Un risque de chute de débris sur les voies avait été signalé par les pompiers, mais il n'est plus d'actualité, a précisé M. Sacré.

De "très lourds retards" demeurent à prévoir sur la dorsale wallonne, a souligné le porte-parole du gestionnaire d'infrastructures. La normalisation du trafic devrait s'effectuer dans le courant de la matinée.

Dans les deux sens, la circulation a été mise à l’arrêt sur cette portion de la dorsale wallonne, à la suite d’un incendie survenu au Château de Chokier. Un risque de chute de débris sur les voies est signalé par les pompiers, précise Infrabel. La SNCB va organiser un service de navettes en bus, les déviations étant difficiles à prévoir à l’approche de l’heure de pointe sur cet axe important. La durée des perturbations n’est pour le moment pas connue.

Par ailleurs, le trafic ferroviaire est également interrompu lundi matin entre Bruges et les villes de Knokke, Blankenberge et Zeebrugge. Là aussi, des bus sont mis en service par la SNCB. Les perturbations sur ces trois portions ont été provoquées par des travaux prévus mais ayant pris plus de temps qu’attendu, indique Infrabel. Elles devraient prendre fin vers 07h00.

Deux personnes intoxiquées

Un important incendie s'est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi au sein du château de Chokier. Les deux châtelaines ont été intoxiquées par les fumées et transportées à l'hôpital. L'une d'elles a également été brûlée aux jambes, a indiqué lundi Sophie Thémont, bourgmestre de Flémalle.

Le château de Chokier surplombant la Meuse, la circulation des trains a été stoppée entre Huy et Liège en raison du risque de chute de gravats sur les voies de chemin de fer.

L'incendie s'est déclaré vers 4 h du matin, dans une chambre à coucher. Selon les premiers éléments, ce serait une couverture chauffante qui serait à l'origine du sinistre. Vu la présence de boiseries dans cette bâtisse classée, l'incendie s'est très vite propagé à la toiture puis à la façade. Selon des témoins, des flammes impressionnantes étaient visibles depuis la nationale 90, en venant de Seraing.

"A l'arrivée des secours, l'une des châtelaines avait réussi à sortir directement, mais l'autre se trouvait sur le balcon. Elle a été secourue par les pompiers. Elles ont toutes les deux été intoxiquées par les fumées et emmenées à l'hôpital. L'une d'elles a également été brûlée aux jambes", a précisé la bourgmestre de Flémalle.

La police de Flémalle ainsi que les pompiers sont intervenus en nombre. La Protection civile s'est également rendue sur place avec des citernes d'eau. Mais vu la configuration des lieux, le château étant situé au sommet de la colline, la tâche des équipes d'intervention ne fut pas aisée. Malgré l'étroitesse des chemins d'accès, les secours sont parvenus à atteindre le site. "Vu l'ampleur des flammes et l'absence de borne d'eau, une déviation a été mise en oeuvre en faisant descendre des dizaines de mètres de tuyaux jusque dans le centre de Chokier. Actuellement, l'incendie est maîtrisé mais les pompiers sont toujours sur place afin d'enlever les boiseries et sous-boiseries touchées et ainsi écarter tout risque de reprise. Ils y resteront sans doute toute la matinée", a-t-on ajouté à la police de Flémalle.

Seule la partie habitée a été touchée. Les dégâts sont très importants.

Les deux victimes ayant été intoxiquées par les fumées, elles ont été placées sous caisson. A ce stade, leurs jours sont toujours jugés en danger.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.