En selle à Bruxelles (2): Velofabrik, beau vélo par et pour les Bruxellois

Consommer local, c’est tendance. Ce n’est pas le look ravageur du Velofabrik, le vélo bruxellois qui grimpe, qui va nous démentir. Visite d’atelier.

Julien Rensonnet
Images Jacques DUCHATEAU

On estime que 500.000 vélos dorment quelque part à Bruxelles. Parmi eux, seuls 70.000 s’éveillent chaque semaine pour quelques tours de roues. «Si ton vélo n’est pas fiable, pas confortable, il reste à la cave». Pourtant, dans les 19 communes «et même au-delà», le vélo va plus vite que la voiture. «Des études le prouvent». Pour faire entrer cette certitude dans les mentalités, et faire sortir les bécanes des caves, Jean-Philippe Gerkens a lancé Velofabrik.

«Regardez cette soudure. On voulait travailler avec un fabricant italien de porte-bagages, mais c’était trop mal fini: on ne peut pas vendre ça». Accroupi dans son atelier du quartier Annessens, ce passionné zélé ausculte une de ses premières bécanes montées cette année. Fin 2016, ce vélo «fait par des Bruxellois pour les Bruxellois» se sera écoulé à près de 300 exemplaires. Secret de la réussite: un look ravageur, une attention à tous les détails et une tenue de route au poil.

Notre série «en selle à BXL»

+ (1) INFOGRAPHIE | Notre expert vous présente LE vélo pour BXL

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Jean-Philippe Gerkens, Velofabrik assemble des vélos à Bruxelles, conçus par et pour les Bruxellois. Quel est le plus gros challenge que vous rencontrez dans cette ambition?

D’intervenir sur un créneau qui n’existe pas en Belgique. Inventer un vélo qui ne soit influencé ni par le loisir (VTT, course...) ni par le lifestyle (fixies...), qui soit robuste, pour pouvoir transporter les enfants ou les bagages. Un vélo pour le quotidien. De plus, on veut être le plus low-tech possible, pour que n’importe quel atelier de quartier puisse réparer.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Le Velofabrik, il ressemble à quoi?

80% de ses composants sont européens. C’est un vélo fait pour Bruxelles, orienté mobilité et robustesse, mais élégant. Tu peux l’enfourcher en costard pour aller rencontrer un client alors qu’un fixie te fera un peu passer pour un comique. Velofabrik, c’est la fonctionnalité avec style: il convient au jour le jour mais aussi pour les randonnées ou les vacances.

Comment l’avez-vous conçu?

Avant de le dessiner, on a roulé sur énormément de vélos. Mon parcours (lire ci-dessous) me permet aussi de bien connaître les besoins d’un cycliste bruxellois et j’ai une certaine idée du style de conduite que nous voulons proposer. Le vélo doit donner de la réponse mais aussi du confort. On a observé les concurrents, les mesures, les angles, les épaisseurs de tubes... Dimensionnement et géométrie: c’est là que ça se corse car il faut encore disposer les accessoires.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Concrètement, comment se passe une commande?

Les gens composent leur vélo sur base d’une fiche. Couleur, poignées, selle, éclairage, chrome, accessoires... Tout est personnalisable, ce qui rend le vélo unique. En fonction des options, on dispose de minimum 400 variantes différentes. Ensuite, pour adapter cadre et guidon au mieux, on étudie l’anatomie du cycliste pour obtenir sur la selle le meilleurs compromi entre sportivité et confort.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Et ça coûte combien?

Il faut compter minimum 680€ pour un de nos vélos. Et chaque option s’additionne à ce prix de base. La couleur personnalisée par exemple, hors nos coloris de départ, s’élève à 150€. On pourrait baisser la qualité des composants pour augmenter nos marges, mais on vend le vélo sur lequel on veut rouler.

Velofabrik, c’est un vélo de luxe?

Je prétends que ce vélo reste moins cher que les modèles des grandes chaînes sportives car, après 3 ans maximum, il est rentabilisé. moins de frais d’entretien, de réparation, de pièces de rechange...

«La Belgique: une tradition dingue mais des vélos fabriqués en Chine»

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Velofabrik, ça marche bien?

Le premier vélo a été vendu le 7 janvier 2015. Au total, on en a vendu 70 l’année passée et 210 sont prévus cette année pour un chiffre de 160.000€. Notre carnet de commandes est rempli et on essaye surtout de satisfaire aux demandes. Un premier monteur est engagé depuis novembre 2015. Il travaille à 3/4 temps et moi à 1/4 temps, ce qui fait que nous avons un ETP actuellement. Le reste de l’équipe, pour la compta, la stratégie, les commandes, est bénévole.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Vous êtes une coopérative: ça veut dire quoi?

Mon patron, c’est le cycliste bruxellois. Nous ne sommes pas une compagnie. Aujourd’hui, nous comptons 160 coopérateurs et 105.000€ de capital. De par nos statuts légaux, nous ne pouvons pas réaliser plus que 6% de dividende. Quand nous auront des profits, ils seront destinés à des projets cyclistes.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Pourquoi investir dans Velofabrik?

Parce que ça a plus de sens que de placer son argent au Panama ou chez Dexia. Ici, tu sais qu’une partie de ton investissement ira aux fournisseurs et aux travailleurs. Le bénéfice améliorera ta condition de cycliste quotidien dans des objectifs de mobilité bien précis. Nous comptons d’ailleurs une dizaine d’enfants dans nos coopérateurs. C’est un choix d’avenir de la part de leurs parents. Et cohérent.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau

Personnellement, pourquoi vous êtes-vous lancé?

J’ai travaillé deux ans chez ProVélo, une saison au Gracq et 7 ans chez Cyclo. D’abord dans la mobilité, puis dans la technique vélo. je connais les besoins quotidiens des gens, et la vie d’un vélo urbain. A force, chez Cyclo, on s’est rendu compte qu’on savait monter un vélo. L’activité n’était pas possible dans ce cadre donc je me suis lancé. 10 personnes étaient dans l’impulsion de départ, en juillet 2014.

Il y a aussi la volonté de rendre ses lettres de noblesse à la petite reine des Belges?

En Belgique, il y a 110.000 vélos produits pour 460.000 vendus! C’est débile: on a une tradition cycliste complètement dingue mais on fait fabriquer nos bécanes en Hollande, en Allemagne ou en Chine! Les Pays-Bas, eux aussi bien mordus de vélos, ils achètent 1.200.000 vélos chaque année mais en produisent tout autant. Il faut mettre en avant le made in Belgium.

Pourquoi nos vélos belges n’ont-ils pas convaincu?

Dans les années 60, le vélo a périclité. Il est devenu un loisir. Les fabricants belges n’ont pas saisi le rebond de la mobilité. En 2016, vélos de course et VTT sont en recul: ce qui tire le marché, c’est l’électrique, le pliable et l’utilitaire. D’où Velofabrik.

Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles
Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles Vélofabrik - Une fabrique de vélos au coeur de Bruxelles ©EdA - Jacques Duchateau