«Un jeune arrêté sur le chemin de la Syrie m’a dit qu’il se sentirait “plus utile là-bas”»

Les jeunes de Molenbeek «manquent de reconnaissance». Sans repères, sans emploi, sans but, stigmatisés dès l’enfance, ils peuvent «se faire retourner le cerveau en deux jours». Dans une rue en état de siège, bouleversée, un acteur de terrain témoigne.

Julien Rensonnet
«Un jeune arrêté sur le chemin de la Syrie m’a dit qu’il se sentirait “plus utile là-bas”»
Fouad_Ben_Abdelkader .JPG ©EdA - J. R.

Fouad Ben Abdelkader habite au 37 de la rue Delaunoy, à Molenbeek. Dans leur assaut contre les présumés terroristes des attentats de Paris, les forces spéciales opéraient au 47 ce 16 novembre. C’est là en effet qu’habite des proches de Salah Abdeslam, le suspect numéro 1 dans le viseur des forces de l’ordre françaises et belges.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.