Un des «bourreaux d’Érezée» conteste avoir maltraité sa fille

Le parquet a requis vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Liège une peine complémentaire de cinq ans de prison contre un quadragénaire qui répond de faits de traitements inhumains et dégradants ainsi que de coups et blessures sur sa fille.

Un des «bourreaux d’Érezée» conteste avoir maltraité sa fille

Cet homme avait déjà été condamné en 2013 à six ans de prison dans le cadre de l’affaire dite «des bourreaux d’Erezée». Il a réclamé son acquittement et conteste les faits.

Des peines allant jusqu’à 10 ans de prison avaient été prononcées en première instance par le tribunal correctionnel de Marche-en-Famenne contre les deux parents qui avaient commis des faits extrêmement graves de maltraitance. Dans ce dossier, l’oncle des victimes avait été condamné en première instance à une peine de six ans de prison. Cette condamnation avait été confirmée ensuite par la cour d’appel de Liège en décembre 2013.

Cet homme est à présent poursuivi devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir commis des faits similaires contre sa propre fille entre décembre 2004 et septembre 2012, entre ses six mois et ses neuf ans. Le dossier évoque des scènes de punitions avec des douches d’eau glacée, des positions à genoux sur le manche d’une brosse en tenant un objet lourd dans les mains ou encore l’obligation de manger des tartines badigeonnées d’excréments. La petite fille aurait également reçu des coups de poings dans le dos et dans le visage.

Le parquet a requis une peine complémentaire de cinq ans. Le prévenu a été décrit par des experts comme un homme antisocial, narcissique et impulsif. Il ne présente aucun remord, aucune émotion, aucun sentiment de culpabilité et aucune empathie.

La défense a plaidé l’acquittement en soutenant que le prévenu était la cible d’une vengeance fomentée par la mère de l’enfant après une séparation.

Jugement le 6 novembre.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.