Ils élèvent des brebis à Watermael, histoire de pas rester des moutons

Élever des brebis à Bruxelles. Et avec leur lait, fabriquer du fromage. L’idée semble folle. Elle est peu rentable. Mais les bergers Jamina et Jérémy veulent y croire. Leurs moutons du Bercail du Chant des Cailles sont comme les rois de la jungle urbaine.

Julien Rensonnet

«Elles sont à la sieste». Dans le verger insoupçonnable de l’ancien couvent Sainte-Anne, à deux sauts-de-mouton de la place Keym, Jamina et Jérémy flattent le museau de leurs brebis. Ne leur parlez pas de chèvres! «On les confond souvent. Surtout quand il s’agit de fromage», s’amuse Jamina. «Parfois, même en les voyant!» Mais c’est bien le manteau de laine que doivent assumer les 27 adultes et 39 petits du bercail du Chant des Cailles en cet après-midi estival. Leurs bergers, eux, sont en short.