Le procès du meurtre du bijoutier de la rue du Midi fixé au 2 septembre

Le procès de cinq Roumains suspectés d’avoir fait partie d’une association criminelle et d’avoir tué un bijoutier de la rue du Midi à Bruxelles en juillet 2010 débutera en septembre prochain, devant la cour d’assises de Bruxelles.

Le procès du meurtre du bijoutier de la rue du Midi fixé au 2 septembre
BELGA ©BELGAIMAGE

Le tirage au sort des jurés se tiendra le 2 septembre et l’instruction d’audience débutera le 7 septembre. La cour d’assises vient d’établir un calendrier pour deux semaines de débat. Le procès se tiendra sous haute sécurité, les accusés étant considérés comme particulièrement dangereux.

Les cinq accusés, âgés entre 30 et 44 ans, auront à répondre de vol avec violence avec circonstance aggravante qu’un meurtre a été commis.

Ils sont aussi accusés d’avoir fait partie d’une association criminelle dont l’un d’eux, Dan Dragos, est soupçonné d’avoir été le dirigeant.

Le 24 juillet 2010, en fin de matinée, une patrouille de police avait été avisée qu'un vol venait d'être commis dans une bijouterie de la rue du Midi à Bruxelles et que le commerçant avait été tué.

Etranglé et rué de coups au visage

Dominique Legros, 60 ans, avait été découvert allongé dans son commerce, pieds et bras liés par une bande adhésive et bâillonné. Les services de secours qui étaient intervenus en premier lieu n’avaient pas pu le réanimer.

Les médecins légistes avaient conclu plus tard que le décès était dû à des manœuvres de strangulation et qu’il avait été précédé de nombreux coups violents au niveau du visage.

Après avoir analysé les images des caméras de surveillance situées près de la bijouterie, les enquêteurs avaient pu remarquer que plusieurs individus suspects étaient arrivés à bord d’une camionnette blanche, étaient entrés dans la boutique puis en étaient ressortis, entre 10h15 et 10h30, le 24 juillet 2010.

Les enquêteurs avaient aussi pu voir sur les images que ces suspects avaient utilisé des GSM. Une enquête de téléphonie avait dès lors été menée sur base des numéros qui avaient activé les antennes proches de la bijouterie au moment du crime.

Les suspects retrouvés à l’étranger

À la suite de plusieurs commissions rogatoires effectuées en France, en Roumanie et en Italie, les policiers avaient pu identifier les suspects comme étant les accusés Gheorghita Lipovanu, Nicolae Samoila, Florin Manolache, Gheorghe Rezmerita et Dan Dragos.

Gheorghita Lipovanu avait été arrêté en Roumanie, dans la banlieue de Bucarest, en décembre 2010. Son extradition vers la Belgique en janvier 2011 avait nécessité d’importants moyens de sécurité.

L’homme avait terrassé seul ses six co-détenus en Roumanie, était parvenu à casser la porte de sa cellule et avait brisé ses menottes, selon les rapports de la police roumaine.

Gheorghe Rezmerita et Nicolae Samoila avaient eux aussi été extradés sous très haute sécurité, le premier d’Italie en septembre 2013 et le second de Roumanie en août 2011.

Celui qui est considéré comme le chef de la bande, Dan Dragos avait quant à lui été extradé en août 2014 de la France vers la Belgique, encore une fois avec d’importants dispositifs de sécurité. Florin Manolache, lui, avait été remis par la France aux autorités belges en juillet 2012.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...