La belote et les dés à coudre

Monique ne dort pas beaucoup. Tous les jours (sauf le mercredi), elle se lève à 5h30 et ferme généralement son café vers minuit.

C.F.
La belote et les dés à coudre
Café le Saint Guibert ©Fred Moisse

Parfois plus tard. «J’ai mon propre rythme. D’ailleurs, je ne pars plus en vacances car j’ai trop peur de ne pas savoir tenir la cadence une fois rentrée…» Quand elle a le temps, Monique adore jouer à la belote. «J’ai souvent terminé première des concours organisés dans les cafés du coin. Maintenant, avec l’interdiction de fumer, on joue de moins en moins.» La patronne est aussi une collectionneuse à ses heures perdues. «Je collectionne les dés à coudre depuis 26 ans. Mes clients m’envoyaient toujours des cartes postales de leurs voyages mais elles traînaient. J’ai donc préféré leur demander de me ramener des dés à coudre. Ça ne prend pas de place et c’est joli. J’en ai plus de 2000, de tous les pays.»