Deux poids… deux mesures ?

Le championnat d’Europe de pêche a reçu une aide logistique de la Commune. Gérard Blois estime qu’il y a deux poids et deux mesures!

Frank Ghislain
Deux poids… deux mesures ?
BERNISSART CONSEIL JUILLET ©EdA

Alors que la dernière réunion avant les vacances estivales s'était déroulée dans un climat «bon enfant», les dernières minutes du conseil communal ont été nettement plus tendues. On le sait, le dernier week-end de juin, les rives du canal de Pommerœul ont accueilli le championnat d'Europe de pêche en eau douce à l'anglaise. Parmi la vingtaine de nations qui ont disputé cette épreuve se trouvait l'équipe nationale belge. «Combien de barrières Nadar ont-elles été placées pour ce concours. Est-il exact que deux barrières ont disparu? Quel est le montant de la location?», a demandé Gérard Blois (MR-cdH-IC). «C'était gratuit. La Commune était partie prenante. Nous étions partenaires de l'événement. Ce n'est pas une société locale qui a mis sur pied ce concours, c'est une société nationale. As-tu vu l'impact? Ce concours a été vu dans vingt-cinq pays!», répondait assez sèchement le bourgmestre. «Ce n'est pas normal. Les petites sociétés doivent payer. C'est 10€ pour 20 barrières», renchérissait M. Blois, par ailleurs sociétaire des «Hussards d'Harchies». «Pour l'année prochaine, on avait prévu un concours mondial… Et bien ce sera non!», rétorquait visiblement irrité Roger Vanderstraeten. Fin de l'incident, à l'année prochaine. Unanimement, le conseil a avalisé l'achat d'un tracteur d'occasion pour le service des travaux. «Notre tracteur a rendu l'âme. Il y avait pour 5 000 à 6 000€ de réparations, montant auquel il fallait ajouter 1 500€ de location d'un engin de remplacement pendant trois à quatre semaines. Cela nous faisait 11 000€. Pour 10 000€, la firme nous a proposé un tracteur étudié pour le fauchage. Il y a un an de garantie», a expliqué le mayeur.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.