« La meilleure aide est que l’enfant sache qu’il est reconnu dans sa différence »

Dany Smeets, en tant que psychologue, vous arrive-t-il de détecter des enfants à haut potentiel au PMS?

« La meilleure aide est que l’enfant sache qu’il est reconnu dans sa différence »
P1130935.JPG

Oui et non. En général, on ne pose jamais le diagnostic final, on les oriente plutôt vers des personnes plus spécialisées. Souvent, ce sont les parents qui viennent nous trouver pour savoir si leur enfant est «haut potentiel». Au PMS, on en voit une dizaine par an sur les 6 200 élèves. On les diagnostique souvent vers la 3e ou 4e primaire.