Armes, drogue, véhicules et faux sacs poubelles : vaste coup de filet de la PJ de Mons

Une enquête menée par la police judiciaire fédérale (PJF) de Mons depuis octobre 2013 a permis le démantèlement d’une organisation polycriminelle dans le milieu turc des régions du Centre et de Charleroi.

Armes, drogue, véhicules et faux sacs poubelles : vaste coup de filet de la PJ de Mons

Les malfaiteurs étaient entre autres actifs dans le commerce de faux sacs poubelles HYGEA et ICDI, ont précisé ce mercredi les instances judiciaires de Mons.

Hier mardi, près de 120 policiers des PJF de Mons, Tournai, Charleroi, Nivelles et des zones de police de Mons-Quévy, de la zone boraine et de Charleroi, de la direction «Criminalité Organisée», du service «Armes» et du service d’appui canin ont participé à l’action organisée dans le cadre de cette importante enquête.

Cible de l’enquête: une organisation polycriminelle dans le milieu Turc du Centre et de Charleroi active notamment dans la fabrication, la diffusion et la vente à grande échelle de faux sacs poubelles des intercommunales HYGEA et ICDI.

Les perquisitions menées mardi dans 23 adresses et plusieurs boxes de garage en Hainaut et en Brabant wallon, notamment à Nivelles, ont permis aux enquêteurs de saisir des rouleaux, des boîtes et des palettes entières de rouleaux de faux sacs poubelles «blancs» et «bleus». Plus de 20 armes à feu de tout calibre ont été saisies chez plusieurs suspects, ainsi que 16 kilos de haschisch, 1 kilo de cannabis et 45 grammes de cocaïne. Les policiers ont également mis la main sur cinq véhicules, plusieurs dizaines de milliers d’euros et un «quad» volé.

Seize personnes arrêtées

«Les armes saisies, dont des armes de guerre, étaient soit des armes personnelles de malfaiteurs, des personnes expérimentées, soit des armes qui visiblement étaient écoulées dans le cadre d’un trafic dans le milieu criminel», ont indiqué les autorités judiciaires montoises.

Seize personnes ont été arrêtées hier mardi. Neuf mandats d’arrêt ont été délivrés et trois autres individus ont été inculpés.

«Nous sommes confrontés au mélange d’activités criminelles de deux générations», a indiqué Christian Henry, procureur du Roi de Mons. «On parlera d’activités ‘stups’qui font rage depuis 25 ans et des contrefaçons qui sont une nouveauté d’une dizaine d’années et qui sont devenues une priorité au niveau européen. Ces activités permettent de gagner beaucoup d’argent, très vite et sans risque, ce qui est le propre de la criminalité organisée».

L’enquête, lancée en 2013 suite une convergence de plusieurs informations, se poursuit. «L’objectif est d’identifier et de récupérer les bénéfices criminels le plus largement possible», a conclu le procureur du Roi de Mons.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.