Le front commun met la pression

«Non aux licenciements». Tracts en mains, le front commun syndical (CGSP Admi, CSC Services publics, SLFP) emmené par les responsables régionaux, Antonio Bernet, Gabrielle Sonnet et Hugo Delfolie, s’est invité au collège communal d’Olne.

Le front commun met la pression
Action syndicale Grève Olne 2014 ©Romain RIXHON

La raison? «À Olne aujourd’hui, un agent communal = 50 000€». Si vous préférez, « à Olne aujourd’hui le gestionnaire communal à besoin de liquidités». Par conséquent, «le personnel refuse d’être la monnaie d’échange…». Et cette invitation aux politiques: «Mesdames, messieurs faites preuve de plus d’imagination. Nous ne sommes plus à l’époque de l’esclavage. Le personnel mérite tout votre respect.» Un rappel par l’action syndicale du désaccord face à la volonté olnoise de «licencier 17% du personnel», comme le résume Hugo Delfolie, ou, comme signalé envisagé «6 temps plein» (L’Avenir 1er mars). Un responsable libéral qui n’a pas spécialement goûté l’absence du maïeur Ghislain Senden actuellement au Congo. «Le bourgmestre ferait mieux de gérer sa commune convenablement que d’aller voir ailleurs ce qui se passe… le personnel est prioritaire!» Reste qu’avec d’autres responsables, le président du CPAS, par ailleurs en charge des finances et du personnel communal, Francis Elias, était bel et bien là. Il n’a pas manqué de répéter qu’il n’y avait rien de nouveau par rapport à ce qu’il nous déclarait samedi dernier sous le titre, «Licencier? On n’en est pas là». Ce que contestent les syndicats… Quoi qu’il en soit, c’est à huis clos que la suite proche se jouera avec jeudi 13 mars une concertation avec le Collège. «On voudrait avoir de bonnes nouvelles…». Des syndicats qui d’ores et déjà prouvent qu’il n’est pas question de relâcher la pression puisqu’ils ont déjà programmé une manifestation au conseil communal du 26 mars… Sans oublier que leur préavis d’actions peut aller jusqu’à la grève!J-L.R.